17.5 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

tous fâchés avec les corps intermédiaires»

CHRONIQUE – L’Élysée maîtrise aussi bien que ses adversaires les codes du populisme.

Le mois de novembre, réputé le plus dépressif de l’année, n’en est pas moins propice à l’expression politique. Emmanuel Macron avait choisi le 16 novembre 2016 pour annoncer, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), sa candidature à la présidentielle. C’est le 17 novembre 2018 que les «gilets jaunes» ont lancé leur première manifestation du samedi devenue rituelle. Quant à Éric Zemmour, il serait tenté, dit-on, de se déclarer dans la course à la magistrature suprême ce 9 novembre, jour anniversaire de la mort du général de Gaulle. Le fondateur de la Ve République ne disait-il pas de cette élection qu’elle est «la rencontre d’un homme et d’un peuple»?

Le refus des partis, et plus généralement de tous les corps intermédiaires, est le dénominateur commun entre l’actuel chef de l’État, le «polémiste» le plus célèbre de France, qui se verrait bien à sa place, et les «gilets jaunes», adeptes farouches de la démocratie directe. Ce refus radical fait que le premier n’a eu cure de s’entourer d’un véritable

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles