26.4 C
Paris
samedi, juillet 2, 2022

Sodexo, aux petits soins culinaires des athlètes

La société française créée par Pierre Bellon s’est vue confier la restauration du Village des athlètes par le comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris.

Petit à petit, le puzzle Paris 2024 se met en place, pièce par pièce. Ce lundi, le comité d’organisation a officialisé l’arrivée de Sodexo comme Supporteur Officiel aux côtés de sa filiale dédiée Sodexo Live ! qui s’est vu confier la restauration du Village des athlètes. Pendant cinq semaines, l’entreprise française, crée en 1966 à Marseille par Pierre Bellon, mobilisera plus de 1 000 collaborateurs par jour sur le Village et proposera jusqu’à 40 000 prestations quotidiennes pour les 14 850 athlètes des 206 délégations olympiques et 182 délégations paralympiques. À la grande satisfaction de Tony Estanguet, le président de Paris 2024 : «Je suis ravi que le groupe Sodexo rejoigne l’aventure des Jeux de Paris 2024. Avec Sodexo Live !, nous avons fait le choix de l’expertise pour proposer un service de restauration optimal aux athlètes (…) Nous partageons avec le Groupe Sodexo, très engagé sur les problématiques RSE (responsabilité sociétale des entreprises), la même volonté de proposer des Jeux responsables sur le plan environnemental et social. Et cela commence dans l’assiette, par le choix des produits ou le recrutement du personnel de restauration.»

Des problématiques parfaitement ciblées par Franck Chanevas, le directeur général de Sodexo Live ! : «Nous poursuivons trois grands objectifs. D’abord proposer une alimentation adaptée aux exigences du sport de haut niveau et qui va contribuer à la performance des athlètes. Nos menus seront élaborés avec des nutritionnistes spécialisés dans l’univers du sport, et avec la participation de la commission des athlètes de Paris 2024. Ensuite, nous souhaitons procurer une cuisine inventive, plurielle et gourmande incarnée par trois chefs emblématiques pour offrir une expérience inoubliable aux athlètes. Enfin, il y aura le recrutement d’au moins 15% de personnes en situation de handicap ou éloignée de l’emploi ou dans des zones prioritaires.» Une ambition partagée par Marlène Masure, la directrice exécutive du développement commercial et marketing de Paris 2024 : «Sodexo nous aide à construire ce modèle de Jeux utiles et responsables. Nous nous sommes fixé une ambition sociétale et environnementale extrêmement forte, autour de cinq axes : l’insertion, l’économie circulaire, le carbone, le handicap et l’engagement sur les territoires. Avec Sodexo, nous visons une restauration durable, avec zéro gaspillage alimentaire et soutenir des initiatives locales.»

Trois chefs au service des ahtlètes

Quant au repas proprement dit, dans le pays où la haute gastronomie est reine, Marlène Masure souhaite également que Paris 2024 impose « le savoir-faire à la française, avec notre exception culturelle, la richesse de notre gastronomie et le sens du responsable.» Ainsi, Sodexo s’appuiera sur trois chefs réputés : Akrame Benallal, Alexandre Mazzia et Amandine Chaignot. Cette dernière a d’ailleurs donné le ton sur ce qu’elle compte apporter : «Je suis ravie de ce partenariat. Cela fait quelques années que je collabore avec les équipes de Sodexo sur plusieurs sites de musée. Dans mes restaurants, on vise à limiter la viande. On s’efforce d’amener les gens vers un nouveau mode de consommation et on se limite à une viande par jour. Petit à petit, on arrive à faire bouger les codes en douceur. Évidemment, on travaille les fruits et les légumes frais, en circuit court local au maximum. Ce sont mes traceurs et je pense que nous allons avancer dans ce sens avec Paris 2024, même si tout n’a pas été encore évoqué et précisé.»

L’enjeu est donc que le sportif soit bien dans sa tête, dans ses baskets et dans son assiette

Carole Gallissot

Pour Carole Gallissant, l’une des nutritionnistes qui travailleront sur Paris 2024, le dossier nutrition est très important pour espérer avoir des Jeux réussis en termes de performance sportive : «Les sportifs de haut niveau ont tous pris conscience de l’importance de l’alimentation dans leur performance et pour nous, il était indispensable que cette thématique nutrition soit bien traitée dans l’offre que nous allons leur proposer. Il faut néanmoins savoir que dans la nutrition du sportif, il n’y a pas de recette miracle, sinon cela se saurait. Aujourd’hui, la difficulté est que chaque sportif a des besoins qui lui sont propres. Notre défi sera donc de proposer une offre suffisamment variée à tous ces mangeurs pluriels, selon leur âge, leur sexe, leur discipline. Bien manger ne fait pas forcément gagner mais en revanche, mal manger peut faire perdre. L’enjeu est donc que le sportif soit bien dans sa tête, dans ses baskets et dans son assiette.» Rien ne sera donc laissé au hasard par Sodexo (19,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires consolidé en 2019-2020, présent dans 64 pays), comme le rappelait Franck Chanevas en guise de conclusion : «Pour nous, les Jeux représentent une formidable vitrine pour exposer notre savoir-faire en matière de restauration. Il y a plusieurs enjeux, notamment en termes d’image, mais aussi de business avec des retombées directes et aussi indirectes lorsqu’on a été opérateur d’un événement comme celui-ci.»

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles