20.4 C
Paris
vendredi, août 12, 2022

Scandale alimentaire : Ferrero, un mea-culpa tardif ?

Quelques semaines après des intoxications à la salmonelle, les produits Kinder restent en rayon et ont perdu pas moins de 40 % de chiffres d’affaires. « On n’en achète plus du tout », témoigne un père de famille, tandis qu’une femme a trouvé une autre solution. « Orange, banane, tous les trucs Kinder ou de chocolat, même sur les autres marques, on essaye d’éviter ». Comme Buitoni ou Lactalis, Kinder n’est pas la seule marque impliquée dans des scandales alimentaires.

Une opération de communication ?

En cause, à l’époque du scandale, la marque Kinder avait mis un grand particularité avant de réagir et de retirer ses produits de la vente. Malgré des premiers cas décelés en décembre, il a fallu attendre le mois de mars pour ne plus voir les articles de la marque en rayon. À travers l’interview donnée par le patron de la marque, certains ne croient pas à la sincérité de Kinder, mais voient une vraie opération de communication pour réhabiliter la marque et recommencer à vendre ses produits.

Parmi Nos sources

Le Parisien

Food Watch

Témoignage d’une famille

Ferrero

Liste non exhaustive

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles