17.6 C
Paris
vendredi, mai 20, 2022

Rétablir la sécurité et la dignité des femmes au Malawi, déplacées par la tempête tropicale Ana |

« La perspective d’un autre cyclone était effrayante », dit Monica, qui vit à Mbenje dans le district de Nsanje au Malawi. « Nous avons vécu la même expérience avec le cyclone Idai puis le cyclone Kenneth. Nous avons dû reconstruire à partir de zéro.

La nouvelle s’était répandue dans le village pendant la journée qu’un puissant cyclone avait frappé le Mozambique voisin, et ce dimanche soir, il y a deux semaines, le temps a soudainement changé. Pendant près de six heures, des pluies torrentielles et des vents violents ont frappé Mbenje ; La tempête tropicale Ana a touché terre au Malawi.

« J’ai regardé dehors et j’ai vu le niveau de l’eau monter. D’après mes expériences précédentes, je savais que nous devions nous mettre en sécurité », a déclaré Monica, enceinte de six mois. « J’ai alerté mon mari qui a rapidement rassemblé les enfants. »

Monica et sa famille ont marché péniblement dans la pluie et la boue toute la nuit jusqu’au camp de Nyambese, l’un des 27 sites de catastrophes temporaires qui ont surgi à travers Nsanje et qui abritent désormais des personnes touchées par la tempête.

Le lendemain, Monica et son mari ont fait la randonnée de cinq kilomètres jusqu’à leur village pour voir s’ils pouvaient récupérer quelque chose de leur maison. Leurs pires craintes se sont confirmées. Il y avait maintenant une profonde mare d’eau remplie de gravats à l’endroit où leur maison s’était autrefois dressée, les céréales alimentaires avaient disparu et leurs animaux avaient été emportés. « Après avoir vu la destruction, je savais que le camp de Nyambese serait notre maison jusqu’à ce que les eaux de crue se calment », a déclaré Monica avec lassitude.

© UNFPA

Monica, qui a déjà dû reconstruire après les cyclones Idai et Kenneth en 2019 et a tout perdu à cause de la tempête tropicale Ana, tient ses deux enfants proches dans sa nouvelle maison temporaire au camp de Nyambese, dans le district de Nsanje.

Des vies et des maisons détruites

La tempête tropicale Ana a laissé une traînée de destruction dans son sillage au Malawi, en particulier dans les districts les plus durement touchés du sud de Nsanje, Phalombe, Mulanje et Chikwawa. Les inondations ont coupé les routes, entravant les efforts de secours, tandis que les dommages à l’infrastructure électrique du pays provoquent de fréquentes coupures de courant.

Dans le district de Nsanje, plus de 55 000 personnes vivent désormais dans des camps temporaires. Parmi eux se trouvent Monica, qui attend son troisième enfant en mai, et environ 1 500 femmes enceintes. Forcées de partager des latrines et avec peu d’intimité, les femmes et les filles courent un risque accru de violence physique et sexuelle dans un pays où une femme sur trois est victime de violence sexiste.

La mobilité restreinte due aux inondations et aux pannes d’électricité affecte la prestation des soins de santé sexuelle et reproductive ; la grande majorité des établissements de santé du district de Nsanje – 21 sur 24 – ont du mal à fournir des services. Trois nouveau-nés sont déjà morts dans le district lorsque les incubateurs sont restés inopérants en raison d’un manque d’électricité. Le carburant du groupe électrogène de l’hôpital de district, ainsi que les fournitures, y compris les médicaments vitaux pour la santé maternelle, s’épuisent.

FNUAP/Joseph Scott

Le représentant adjoint de l’UNFPA au Malawi, Masaki Watabe, aide à la distribution de kits de dignité au camp de l’école primaire de Sekeni

Rétablir les services de santé sexuelle et reproductive

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et ses partenaires étaient sur le terrain quelques jours après la catastrophe. À ce jour, 6 600 kits de dignité contenant des articles d’hygiène de base tels que des serviettes hygiéniques, du savon et des sous-vêtements ont été distribués aux femmes et aux filles de Nsanje et de Chikwawa. Les réparations du générateur à l’hôpital du district de Nsanje sont terminées, rétablissant le courant dans l’établissement. Des plans sont également en cours pour livrer des kits de santé reproductive contenant des fournitures médicales et non médicales, des médicaments de santé maternelle et des contraceptifs aux communautés touchées dans les deux districts.

« Notre priorité immédiate est de rétablir des services de santé et de protection sexuelle et reproductive de qualité à la suite de la catastrophe », a déclaré Young Hong, représentant de l’UNFPA au Malawi. « Alors que les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent plus fréquents dans la région, le soutien de l’UNFPA au relèvement doit se concentrer sur le renforcement des systèmes et la construction de la résilience des communautés touchées, en particulier les femmes et les filles.

Pour Monica, le chemin à parcourir sera difficile. Elle est confrontée à la perspective de reconstruire à la fois sa maison et sa vie. Mais, pour l’instant, sa préoccupation la plus urgente est son enfant à naître. « J’ai tout perdu, même mon passeport santé », dit-elle en prenant son visage entre ses mains tremblantes. « Je devais me rendre dans une clinique prénatale cette semaine, mais il n’est pas possible de se rendre au centre de santé. Les routes sont mauvaises et toujours inondées.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles