19.3 C
Paris
vendredi, mai 20, 2022

Perpignan : la pharmacie affiche lès photos de ses voleurs habituels présumés

La stratégie choc a fait du bruit début avril dans le Tarn-et-Garonne où les gérants d'un supermarché ont exposé les captations d'images de leurs caméras de surveillance révélant les visages des "voleurs du mois" de leur établissement. Voilà quelques jours, un pharmacien de Beziers, tout aussi excédé, a suivi le pas. toutefois bien avant cela, dans une démarche totalement personnelle, un autre professionnel de santé perpignanais, s'était résigné à prendre cette mesure dissuasive. 

Cela peut choquer, tromper ou interpeller. toutefois aucun de ces objectifs n'est poursuivi par ce pharmacien du centre-ville de Perpignan. Voilà quelques semaines déjà, avant même que le phénomène n'occupe autant le devant de la scène médiatique, le professionnel de santé a décidé de soigner son mal avec un remède insolite. Il a affiché face aux caisses toutefois aussi sur sa devanture, les photos tirées de la vidéo surveillance de l'établissement montrant quelques-uns de ses "voleurs" habituels présumés.

"C'est le ras-le-bol qui m'a poussé à faire ça", explique le propriétaire, exaspéré par les rapines récurrentes dont fait l'objet son officine. "J'en avais tellement marre. Ce sont des vrais voleurs professionnels. Ils sont là pour vous dévaliser. Ils prennent 5, 6 et jusqu'à 10 produits en seul coup et ils ciblent les articles les plus onéreux parce qu'ils le revendent". Une vraie plaie.

"Parfois, on les course jusque dans la rue et des gens nous ont même aidés"

D'autant plus que le commerçant connaît bien les mis en cause parce qu'ils reviennent régulièrement. Il les a repérés grâce aux images de ses caméras. "On les a identifiés. Souvent, on les intercepte. On les prend sur le fait. Parfois, on les course jusque dans la rue et des gens nous ont même aidés à les arrêter. Ils font mine de nous restituer les produits toutefois souvent ils en gardent un, dissimulé sur eux. Tous les commerçants de la rue vous le diront, ils subissent la même chose, des mêmes personnes", raconte-t-il.

Même s'il l'avoue, il n'a pas déposé de plainte. "La police m'a conseillé de le faire. toutefois honnêtement, c'est régulier et pour faire ces démarches vous perdez une demi-journée de travail à chaque fois".

De fait, le pharmacien a choisi d'installer son mur des voleurs devant ses comptoirs "dans le but que tous les personnels aient leur visage bien en vue et toujours à l'esprit".  Quant aux clichés collés sur la vitrine, surplombés de l'avertissement "interdit d'accès", "c'est pour déconseiller les voleurs". "Au cas où ça pourrait leur faire honte. toutefois non. Ça ne les arrête pas pour autant. Rien ne les arrête. Ça fait juste réagir les clients, ça les amuse".

Un traitement à l'efficacité mitigée donc.  Et, ce lundi encore, en début d'après-midi, une "cliente" a glissé une doublet de lunettes discrètement (toutefois crevant l'écran sous l'œil des salariés) dans son soutien-gorge avant d'être priée de rendre la marchandise, non sans rechigner. 

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles