19.3 C
Paris
vendredi, mai 20, 2022

OMS : Nouvelles directives sur le traitement des complications dues à un avortement à risque |

Bien que trop de filles et de femmes continuent de mourir et subissent les répercussions à court et à long terme des avortements à risque, les informations potentiellement vitales sur la réception de soins de qualité pour les complications liées à l’avortement restent rares.

Pour combler cette lacune, le système des Nations Unies pour la recherche sur la reproduction humaine, HRP, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires ont publié de nouvelles données sur la question, dans la dernière édition de l’International Journal of Gynecology and Obstetrics.

Renforcement de la recherche

L’enquête multi-pays de l’OMS et du HRP sur l’avortement (MCS-A) a recueilli des preuves sur la fourniture, l’expérience et la qualité des soins, sur la base d’une étude menée dans 17 pays des régions d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes.

Et dans un supplément spécial, il met en évidence des travaux couvrant 11 pays d’Afrique subsaharienne.

« Ce supplément montre tout le chemin qu’il nous reste à parcourir pour garantir à tous des soins post-avortement respectueux et de qualité ; cela prouve aussi combien nous pouvons apprendre lorsque nous nous engageons à travailler ensemble», a déclaré Özge Tunçalp, médecin conseil à l’OMS et au HRP.

« Dans 11 pays, des connaissances ont été acquises et la capacité de recherche a été renforcée”.

Élever les normes

Pour assurer la santé et le bien-être des filles et des femmes confrontées à des complications liées à l’avortement, il est essentiel de comprendre ce qui fonctionne dans leur prise en charge clinique et leurs soins.

En plus de fournir cela, les articles récemment publiés explorent également les expériences des adolescents et des femmes en matière d’accès au soutien dans des environnements précaires.

« Une communauté de recherche plus forte est mieux à même d’écouter, de poser des questions et d’y répondretravaillant ensemble pour un avenir où chaque femme et chaque fille atteint les normes les plus élevées en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs », a déclaré le Dr Tunçalp.

Sauvegarder l’autonomie corporelle

Grâce à l’étude multipays de l’OMS et du HRP sur l’avortement, des données ont été recueillies sur plus de 23 000 femmes fréquentant des établissements de santé et présentant des complications liées à l’avortement.

Alors que la plupart avaient des complications légères ou modérées liées à l’avortement, beaucoup avaient des difficultés graves, voire mortelles, en particulier en Afrique subsaharienne.

Une approche globale de l’avortement et des soins post-avortement comprend les soins cliniques, les soins personnels, le partage des tâches pour fournir des soins et des cadres juridiques qui soutiennent les systèmes de santé.

Tous ces éléments sont essentiels à la prestation de soins de haute qualité, qui intègrent également l’accès à une gamme d’options de contraception abordables et acceptables – essentielles pour la sauvegarde des droits humains à la santé et à l’autonomie corporelle.

Les articles du supplément montrent que les pays doivent agir rapidement pour s’assurer que les prestataires et les systèmes de soins de santé peuvent améliorer le niveau de qualité des soins pour les filles et les femmes.

Afrique sub-saharienne

Un éditorial faisant partie de l’étude met en lumière les actions importantes que les décideurs de la région de l’Afrique subsaharienne peuvent entreprendre pour faire la différence, comme l’amélioration de l’accès à des services d’avortement de haute qualité à tous les niveaux des soins de santé.

D’autres étapes comprennent l’amélioration de la qualité des soins post-avortement fondés sur des données probantes dans lesquels les prestataires de soins de santé utilisent les pratiques recommandées ; vérifier la disponibilité des équipements et des fournitures ; et mener des audits cliniques pour mieux comprendre pourquoi les complications de santé surviennent.

L’identification et l’utilisation d’interventions qui vont au-delà du système de santé sont également recommandées, telles que la lutte contre les croyances néfastes entretenues par les prestataires de soins de santé ; reconnaître et traiter les contraintes des systèmes de santé ; et veiller à ce que les filles et les femmes soient autonomisées.

« Une avancée importante »

« Bien que nous soyons encore confrontés à de nombreux défis et obstacles pour garantir l’accès à un avortement et à des soins post-avortement de haute qualité pour toutes les femmes, nous pensons que des efforts tels que le MCS-A en Afrique subsaharienne, en Amérique latine et dans les Caraïbes représentent un important pas en avant », ont déclaré Seni Kouanda et Zahida Qureshi, auteurs de l’éditorial du supplément.

Ils ont également partagé leurs espoirs que le travail présenté tout au long du supplément « aidera à inspirer des innovations et des idées pour aider à réaliser les droits reproductifs des femmes ».

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles