23.1 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

OL, le jeu plutôt que l’enjeu ou le paradoxe Peter Bosz

L’Olympique Lyonnais a été tenu en échec dimanche lors du derby contre l’AS Saint-Etienne (1-1) et pointe à une décevante 10e place de Ligue 1. Pourtant, l’espoir d’une grande saison demeure.

Le penalty transformé par Wahbi Khazri dans les tout derniers instants du derby peut faire nourrir d’énormes regrets aux joueurs de l’OL. Comme bien souvent cette saison, les hommes de Peter Bosz ont bien joué mais n’ont pas obtenu le résultat escompté. En clôture de la 9e journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais n’a pu faire mieux qu’un match nul à Geoffroy Guichard face à l’AS Saint-Etienne (1-1), dernier du championnat. À l’image de leurs précédentes rencontres, les Rhodaniens ont dominé, produit du jeu, mais se sont une fois de plus fait rejoindre en fin de match sur de nouvelles décisions arbitrales en leur défaveur (l’expulsion d’Anthony Lopes et le penalty concédé par Jason Denayer). Alors qu’une victoire leur aurait permis de recoller au podium, les Gones pointent à une anonyme 10e place.

Entre Rhône et Saône, on ne s’en inquiète pas plus que cela. Jean-Michel Aulas continue de l’affirmer, il croit dur comme fer en la «méthode Peter Bosz», persuadé que le travail effectué finira bien par payer. Si l’ancien entraîneur de l’Ajax a évidemment sa part de responsabilité, tout comme ses joueurs d’ailleurs, il y a un facteur important à souligner : la réussite. Qui fait en ce moment cruellement défaut au club lyonnais.

L’OL se procure généralement de nombreuses occasions mais peine grandement à les convertir. À l’inverse, la moindre tentative adverse fait très – trop – souvent mouche. Et puis, dans ce début de championnat, tous les éléments semblent être contraires aux Lyonnais. Un enchaînement de matches compliqué en peu de temps, des blessures en pagaille (Jeff Reine-Adelaïde, Moussa Dembélé et Islam Slimani) mais surtout des décisions arbitrales qui font beaucoup parler.

En VAR et contre tous

Ces derniers temps, les recours à la VAR tournent systématiquement en défaveur des Gones. Le penalty imaginaire accordé à Neymar par Clément Turpin lors de PSG-Lyon (alors que le Brésilien avait fait faute au préalable sur Malo Gusto) ; le carton jaune hallucinant donné à Lucas Paqueta par Stéphanie Frappart car il a eu le malheur de tenter un geste technique acrobatique contre Troyes ; la décision très sévère de Bastien Dechepy d’expulser Emerson en début de match contre Lorient (alors que le contact semblait pourtant très léger) ; et donc le derby où François Letexier a décidé d’exclure Anthony Lopes, à juste titre, mais a dans le même temps «oublié» de donner un second carton jaune à Mahdi Camara pour sa grossière faute sur Karl Toko Ekambi.

Rien ne dit que les résultats de ces matches auraient été différents si d’autres décisions avaient été prises, mais la frustration des Lyonnais peut se comprendre. Pourtant récompensé pour son fair-play lorsqu’il officiait en Allemagne, Peter Bosz a vivement critiqué l’arbitrage après le match face à Lorient (1-1), chose qu’il s’est toujours interdit de faire au cours de sa carrière : «Le sentiment est mauvais. Je ne comprends plus les choses ici. Quand je vois ce qu’il s’est passé avec Houssem Aouar trois jours avant (face à Troyes). Il était tout seul, j’ai vu un carton jaune. Et là, Jason Denayer est bien placé, et ça fait rouge. Je ne comprends pas ». Mais malgré cette période compliquée, il y a davantage de motifs de satisfaction que d’inquiétude.

L’OL prêt à rugir de nouveau

Lucas Paqueta est impressionnant cette saison. DENIS BALIBOUSE / REUTERS

Il n’y a évidemment pas de «complot anti-OL». Le manque de chance, de réussite, les décisions contraires…, tout cela finira bien par tourner. Et sur le plan du jeu, l’Olympique Lyonnais est en très net progrès. Les principales recrues (Emerson, Xherdan Shaqiri et Jérôme Boateng) s’intègrent de mieux en mieux, la jeune garde est pleine de promesses (Malo Gusto, Rayan Cherki et Sinaly Diomandé), les Brésiliens Bruno Guimaraes, Lucas Paqueta impressionne au milieu et le style de football proposé, tourné vers l’avant, est très plaisant à voir.

Si en championnat les hommes de Peter Bosz ne parviennent toujours pas à décoller, il est important de préciser qu’ils sont seulement 3 points du podium. Il est donc bien trop tôt pour tirer des conclusions sur le bilan du Néerlandais à la tête de l’OL. Et puis en coupe d’Europe, grande priorité affichée par Jean-Michel Aulas cette saison, tout se passe pour le mieux. Les Rhodaniens sont actuellement en tête de leur groupe de Ligue Europa avec deux victoires en autant de matches.

Il ne faut pas non plus oublier que le club lyonnais vit une véritable révolution cette saison. Un coach de renom étranger est arrivé, avec ses idées et ses principes de jeu. Tout cela met du temps à se mettre en place, mais l’Olympique Lyonnais est sur la bonne voie. D’autant que si Lucas Paqueta, qui est peut-être actuellement le meilleur joueur de Ligue 1, continue d’afficher un tel niveau, on ne voit vraiment pas ce qui pourrait empêcher l’OL de briller à nouveau.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles