17.5 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

Neymar, la rage de vaincre

ANALYSE – Critiqué ces dernières semaines, à juste titre, l’international brésilien de 29 ans a répondu sur le terrain vendredi, contre Lille (2-1).

Et à la fin, c’est le PSG qui gagne. Bousculés pendant une bonne heure vendredi, les Parisiens ont finalement eu le dernier mot face à Lille (2-1), en ouverture de la 12e journée de Ligue 1. Maladroits devant le but, les Dogues peuvent s’en vouloir. Ils ont eu les occasions pour tuer le match, ils ne les ont pas saisies. Marquinhos et Angel Di Maria, eux, ne se sont pas fait prier pour faire trembler les filets du Parc des Princes et inscrire «ces deux buts qui changent l’histoire», dixit «Marqui».

Brouillon, puis brillant

Deux buts qui doivent beaucoup à un homme qui résume à lui tout seul la prestation du Paris-SG, Neymar, d’abord brouillon et frustrant, puis conquérant et brillant. «C’est un match très difficile. On a lutté jusqu’au bout, on a marqué deux buts, c’est bien pour l’équipe», s’est réjoui l’international brésilien de 29 ans, auteur de l’avant-dernière passe sur la réalisation de son capitaine et passeur décisif pour «Fideo», homme du match vendredi soir. Une remise toute en toucher et en timing. Et il fallait voir la rage dans les yeux de l’ancien Barcelonais pour comprendre que cette victoire, il la voulait fort, très fort.

Avant ce final en apothéose, en jouant simple et juste, vite et bien, «Ney» avait pourtant brillé par son imprécision dans les transmissions et le dernier geste, peinant à faire des différences, s’énervant à chaque coup de sifflet ou absence de coup de sifflet et multipliant les touches inutiles. On l’a aussi vu perdre un ballon près de sa surface et mettre son équipe en danger en réclamant une faute qui n’existait que dans son esprit. À l’image de ce qu’on le voit trop souvent cette saison et qui lui a valu son lot de critiques. Au grand dam de Mauricio Pochettino, qui s’évertue à le trouver «satisfaisant» même… quand il ne l’est pas, comme au Vélodrome de Marseille, dimanche dernier (0-0).

« Il a fait un grand match, avec du sacrifice, de l’envie. Il a été décisif. Son volume, ses courses pour défendre et il a créé des situations. »

Leonardo

Leonardo est sur la même ligne, estimant «injustes» les commentaires négatifs au sujet de son compatriote. «Il a fait un grand match, avec du sacrifice, de l’envie. Il a été décisif. Son volume, ses courses pour défendre et il a créé des situations», a indiqué le directeur sportif parisien, en représentation après la rencontre, reconnaissant tout de même que Neymar traverse «un moment difficile». «S’il fait autant la fête qu’on le dit, on ne peut pas faire un match comme ça, il ne court pas pendant 90 minutes, ce n’est pas possible», a encore indiqué Leonardo, bien décidé à réhabiliter son numéro 10. Rendons à César ce qui lui appartient : on ne peut effectivement rien reprocher en termes d’implication et de débauche d’énergie à Neymar, qui ne ménage pas ses efforts et dont la réaction après le but d’Angel Di Maria veut dire beaucoup. Pour le reste, on attendra encore pour le voir produire un match de haut niveau des deux côtés du terrain pendant 90 minutes. Avec 80 ballons touchés, deux tirs et cinq dernières passes avant un tir d’un de ses coéquipiers, 44% de ses 25 duels gagnés et quatre ballons récupérés, il a toutefois rendu une copie, au final, assez propre.

«Les critiques sont normales. Ça fait 15 ans que je joue au football… J’ai l’habitude. Ça m’est égal, c’est comme ça. La critique la plus importante, c’est la mienne. Et la réponse, elle est pour l’équipe et sur le terrain. On sait ce qui se passe sur le terrain et en dehors, on sait ce qu’on fait. Je suis tranquille», a-t-il indiqué, au micro d’Amazon Prime Vidéo. Capitaine courage sur le pré, Marquinhos a assuré le service après-vente : «Les critiques ? Il a toujours vécu cela. Les gens mettent le focus sur lui, c’est normal, c’est une star, un joueur qui peut donner beaucoup de choses à l’équipe, pour les médias, tout le monde. On sait que les gens parleront plus de Neymar que de Marquinhos ou d’un autre joueur. Il le sait aussi… La meilleure réponse, c’est sur le terrain, comme il l’a fait. Il n’a pas besoin de parler. Il sait qu’on est toujours à ses côtés pour le soutenir, qu’il doit se concentrer sur ses coéquipiers, son travail, sa famille.»

Neymar et les «Quatre fantastiques» de sortie à Leipzig ?

Charge à Neymar de continuer dans cette voie mercredi, à Leipzig, lors de la quatrième journée de Ligue des champions. À cette occasion, le PSG retrouvera peut-être Kylian Mbappé, forfait vendredi, et Lionel Messi, remplacé «par précaution» à la pause contre Lille. Suspendu pour les trois premiers matches de C1, Angel Di Maria, lui, sera de la partie. À voir, toutefois, si Mauricio Pochettino alignera son carré d’as en Allemagne, lui qui a de nouveau eu le nez creux en optant pour une défense à trois en deuxième période contre le Losc. Sauf que dans le système, il n’y a pas de place pour les quatre stars offensives dans le onze… Une chose est sûre : ce Neymar-là, celui de la dernière demi-heure, ne mérite pas d’en faire les frais.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles