17.5 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

« Mon succès arrive un peu plus tard que pour d’autres, mais je me sens prêt »

INTERVIEW – Double vainqueur sur le Challenge Tour en 2021, l’Antibois pointe désormais à la 133e place mondiale. Troisième joueur français, il prépare avec ambition sa prochaine arrivée sur le Tour européen où il aimerait démarrer fort.

Près de neuf ans après sa première victoire sur le Challenge Tour alors qu’il n’était encore qu’amateur (à l’Allianz Open de Toulouse en 2012), Julien Brun vit une saison 2021 extraordinaire. Après un premier succès lors de l’Open de Bretagne en juin, l’Antibois s’est imposé la semaine dernière à l’issue des quatre tours de l’Emporda Challenge, antépénultième tournoi de la saison. Une victoire obtenue après avoir mené de bout en bout, comme cela avait déjà été le cas à Pléneuf Val-André.

Âgé de vingt-huit ans, Julien Brun témoigne d’une constance qui lui permet d’envisager la suite de sa carrière avec confiance. Passé 133e joueur mondial ce lundi, Julien Brun est désormais troisième Français de ce classement derrière Victor Pérez et Antoine Rozner. Avant de remettre le couvert à l’Emporda Golf Club dès ce mardi pour le Costa Brava Challenge, il a accepté de répondre aux questions du Figaro.

LE FIGARO. – Comme lors du Blue Green Open de Bretagne en juin, vous avez remporté l’Emporda Challenge dimanche dernier en menant le tournoi du début à la fin. Jolie démonstration.

Julien BRUN. – C’est vrai que cela fait plaisir de gagner. Il y a beaucoup de travail derrière tout ça et pouvoir le concrétiser par des victoires est satisfaisant. Les victoires sont rares dans notre sport. Ce sont de belles émotions qui font toujours plaisir.

» LIRE AUSSI – Challenge Tour : solide, Julien Brun l’emporte à Gérone

Quand vous êtes en tête trois jours de suite dans un tournoi, vous le gagnez désormais, n’est-ce pas ?

(Il rit.) Euh… Je ne sais pas. En tout cas, j’ai réussi à le faire deux fois mais c’est quelque chose que j’ai toujours bien fait depuis que je joue. En amateurs, en Grand Prix, en université… Certes, ce n’est pas le même niveau, mais j’ai toujours gagné beaucoup de tournois en réussissant à plutôt bien finir le travail. J’ai gardé ça. J’arrive à le faire en changeant d’échelon. C’est positif et j’espère que ça va continuer à me servir aux échelons supérieurs.

Vous avez la capacité de scorer bas, pourtant dimanche, vous avez gagné en maîtrisant parfaitement votre parcours (69, soit 2 coups sous le par)…

C’est vrai. Et je pense que c’est quelque chose que je peux améliorer. J’arrive à gagner mais sans la marge que procurent les gros scores le dernier jour. Je fais juste le nécessaire, on va dire. Bon, le plus important est que je réponds à la question de la victoire : je suis en position de gagner et je gagne. C’est important. Mais c’est vrai qu’il y a peut-être là un axe de progression. Ce n’est jamais évident d’être en tête du tournoi le dernier jour. On est toujours entre deux, à essayer de faire des birdies pour creuser l’écart sans vouloir faire des erreurs. Il y a un juste milieu qui n’est pas simple à viser.

Comment avez-vous géré le fait de jouer dans la dernière partie, tandis que l’offensive était menée par Jonathan Thomson et Jesper Svensson dans d’autres parties devant vous ?

Je surveillais les tableaux de scores au fil du parcours. Sur les trous 15 puis 17, j’ai vu les scores. De mon côté, j’essayais de faire des birdies. Du mieux possible. Cela ne changeait pas grand-chose pour moi. Sauf qu’au 18 (par 5), je savais que je gagnais le tournoi en faisant 5. Le Suédois avait fait bogey au 17 et il avait mis sa balle dans l’eau au départ devant moi au 18. À part ça, cela n’a pas changé grand-chose à ma journée.

« Avec mon père, nous nous souviendrons longtemps de cette victoire… »

Julien Brun

Gagner avec son papa comme caddie, ce doit être un moment très particulier ?

Le golf est un sport où l’on reste très seul toute l’année. Je n’ai pas souvent l’occasion de partager des moments comme ça avec mon père ou mes proches. C’est d’autant plus rare en gagnant. Cela va nous faire de belles émotions ensemble et de beaux souvenirs.

Sa présence vous a sûrement aidé…

C’est un peu le hasard… Quand je parle de hasard, je parle de la victoire. En golf, c’est difficile de gagner. Là, il vient et je gagne. De ce point de vue, il y a une part de hasard. Après, cela restera de bons moments passés ensemble. Nous nous en souviendrons longtemps tous les deux.

Ce cadeau est-il pour lui ou pour vous deux ?

Un peu des deux. On est assez proches, on a partagé beaucoup de choses quand j’étais plus jeune sur le plan sportif. C’est lui qui m’a mis au golf. Mes parents ont aussi vécu avec moi les années un peu plus difficiles, quand les résultats n’étaient pas là. Mon père était déjà venu avec ma maman me suivre à Pont Royal (lors du Hopps Open de Provence) il y a quelques semaines. J’étais en déjà en dernière partie, ils avaient passé un super moment. C’était sympa. Ils reviennent en Espagne et je gagne le tournoi… Le fait d’être passés par des moments difficiles et de remporter une victoire sous leurs yeux, c’est vraiment super.

Deuxième victoire de l’année 2021 à l’Emporda Challenge pour Julien Brun Challenge Tour

Avec cette deuxième victoire sur le Challenge Tour en 2021, la saison devient la meilleure de votre carrière en termes de résultats…

Oui, mais même si j’avais raté le cut cette semaine, c’était déjà la meilleure saison de ma carrière ! Au niveau de l’ensemble des performances, de la consistance, de la régularité, c’est de loin ma meilleure année. Elle s’inscrit dans la continuité de la saison dernière, déjà très bonne malgré le Covid-19 et le peu de tournois joués. 2020 avait déjà été excellente et très constante. C’est bien d’avoir pu performer à l’échelon supérieur. Je veux continuer.

Avez-vous le sentiment d’avoir changé cette année ?

L’ensemble des changements que j’ai mis en œuvre ces deux dernières années m’ont permis d’avoir un meilleur équilibre. Je peux exprimer bien mieux mon potentiel et ce que je suis capable de faire sur le parcours. En fait, il y a un changement clair mais je suis toujours le même. C’est le paradoxe : tout ce que j’ai pu faire auparavant qui n’a pas marché, me sert aujourd’hui. C’est vraiment un tout. L’approche mentale générale et mon équilibre de vie sont différents.

Vous voulez dire que vos victoires d’aujourd’hui ont été très nourries avant d’exister, c’est cela ?

En effet, il y a beaucoup de choses… Lors de ma carrière amateur en équipe de France puis en université, j’ai acquis beaucoup d’expérience, côtoyé plein de super joueurs qui sont maintenant dans le top 10 ou top 20 mondial. Et puis j’ai joué des gros tournois, même si c’était en mode amateur. Cela forge. Certes, mon succès arrive un peu plus tard que d’autres mais je me sens prêt.

Vous n’êtes pas encore trentenaire…

J’approche ! Bon, c’est vrai que dans le golf, cela ne veut pas dire grand-chose…

La saison touche à sa fin avec le Costa Brava Challenge puis la finale de Majorque. Qu’attendez-vous de ces deux derniers tournois sur le Challenge Tour ?

Bon, déjà, on rejoue le même parcours dès ce mardi, ici, à Gérone. Pour être franc, je n’en attends pas grand-chose précisément, sinon essayer de continuer à mettre des choses en place dans l’optique du Tour européen. Je veux qu’il n’y ait aucune différence lorsque je vais jouer sur le Tour dès fin novembre, début décembre. Cela va venir vite. Le but est de continuer à bien jouer pour emmagasiner de la confiance et amener de la continuité. Les résultats viendront si je fais bien mon travail.

Quel est votre état d’esprit lorsque vous vous projetez sur 2022 ?

Très bon. C’est excitant : jouer des nouveaux tournois, des beaux parcours avec un champ de joueurs plus relevé et aussi plus d’argent en jeu… C’est intéressant. Je travaille depuis des années pour saisir ces opportunités-là. Je suis excité à l’idée que cela se présente enfin. Ça va être sympa de voir ce que je suis capable de faire en amenant avec moi mon vécu et mon travail.

Champagne pour Julien Brun à Gérone. European Tour

Vous allez retrouver de nombreuses connaissances parmi les joueurs français sur le Tour européen…

Oui, je n’ai pas d’appréhension ! Il y a plein de joueurs avec lesquels j’ai partagé beaucoup de choses et de moments : j’étais au pôle France avec Alex Lévy, je connais Victor Pérez et Antoine Rozner du Challenge Tour ou de la Fac, je connais très bien Romain Langasque aussi… Et puis Matthieu Pavon, puisqu’on a le même sponsor avec la Team Saint-Laurent. On a partagé des parties récemment. Cela va être bien de pouvoir aussi s’appuyer un petit peu sur eux. Je n’arrive pas totalement dans l’inconnu. Après, il ne faut rien changer dans mon équipe ou mon approche. Il y a juste l’apport d’un caddie à plein temps sur lequel j’avance bien en ce moment…

Avez-vous une idée de la façon dont votre saison sur le Tour va être balisée : objectifs, priorités, séquences… ?

Tout cela dépend un petit peu de mon classement sur le Challenge Tour. Si je gagne une 3e fois par exemple, ou si je finis dans les trois premiers de la Road To Mallorca, j’aurais plus de chances de figurer dans le champ des gros tournois dès le début de l’année. Il y a Abu Dhabi et Dubaï… Je veux me concentrer sur les premières échéances, c’est une certitude. Le moyen le plus simple d’avoir de la visibilité, c’est de gagner rapidement ! Quel que soit le niveau auquel on joue, c’est toujours la même histoire. En 2021, j’ai bien démarré en début d’année, ce qui m’a permis d’enchaîner des tournois. Après, j’ai gagné et j’ai pu planifier mon calendrier comme je voulais. C’est aussi cela qui permet d’être constant.

Vous voulez faire comme Antoine Rozner, recordman de rapidité, qui a gagné deux tournois à moins de 90 jours d’intervalle sur le Tour européen fin 2020…

Je veux plutôt écrire mon chemin, tout seul (rires) C’est vrai qu’Antoine a fait un bon parcours qui lui a permis de jouer des WGC et des Majeurs rapidement. Cela montre que c’est possible. Moi, je dois me concentrer sur mon travail, en m’appliquant aux choses simples. Les résultats viendront ensuite, j’ai confiance.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles