16.2 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

Manchester City, un autre duel au sommet à Liverpool pour oublier Paris

Battus à Paris mardi (2-0), en C1, les Citizens ont rendez-vous avec Liverpool, ce dimanche (17h30), à Anfield, pour un choc entre les deux tauliers de la Premier League sur les dernières années.

Liverpool-Manchester City, c’est l’affiche de la septième journée de Premier League. Les deux derniers champions d’Angleterre s’affrontent ce dimanche (17h30) à Anfield, deux équipes qui se tirent la bourre depuis plusieurs saisons maintenant. «Pour Manchester City, c’est un honneur d’être le rival de Liverpool. Depuis plusieurs années, on bataille avec ce club légendaire et c’est un honneur. J’espère que pour eux aussi (rires). C’est un honneur pour nous parce que ça veut dire qu’on est là, qu’on se bat avec l’un des clubs les plus décorés de l’histoire du football anglais avec Manchester United. C’est bien pour nous», jure Pep Guardiola, en poste depuis 2016 à l’Etihad et vainqueur de huit titres majeurs en Angleterre depuis 2018, dont trois championnats, une Coupe d’Angleterre et quatre Coupe de la Ligue. Un duel de haut de tableau aussi, entre des Reds leaders au classement avec 14 points avant le début de la journée et Manchester City, deuxième avec 13 unités au compteur et à égalité de points avec Chelsea, Manchester United et Everton.

L’occasion pour les joueurs de Pep Guardiola, champions en titre, de montrer qu’ils sont toujours l’équipe à battre de l’autre côté de la Manche, une semaine après leur succès face à Chelsea, champion d’Europe sortant, à Stamford Bridge (0-1), et cinq jours après… leur défaite sur le terrain du PSG (2-0), en Ligue des champions.

« La façon dont on a joué sur les deux derniers matches me satisfait beaucoup. »

Pep Guardiola

Un revers que Guardiola a accueilli avec philosophie. C’était le cas dès mardi, à chaud. «C’est notre équipe qu’on a vue, on a joué notre jeu», avait-il dit. Et encore avant cette rencontre face à Liverpool. «La façon dont on a joué sur les deux derniers matches me satisfait beaucoup. Sachant que Kevin De Bruyne et Phil Foden n’ont repris l’entraînement qu’il y a deux semaines, qu’on a un joueur important (Gündogan) à l’infirmerie, le niveau affiché sur ces deux matches était excellent», note le coach espagnol, sous contrat jusqu’en 2023. «Il faut essayer de le faire encore et encore», ajoute-t-il, lui qui est «plus heureux que jamais» au vu du niveau de performance de son équipe.

Et ce malgré l’absence d’un authentique buteur. Un manque qui s’est notamment fait ressentir au Parc des Princes… Cet été, les Citizens ont bien tenté de rapatrier Harry Kane, attaquant de Tottenham et de l’Angleterre, en vain. «Nous avons beaucoup de buteurs différents, parce que c’est notre façon de jouer. Nous devons attaquer les espaces dans les 30 derniers mètres avec le plus de joueurs possible. Nous n’avons pas de véritable « renard des surfaces ». Nous n’avons pas ce type de joueur», reconnaît Guardiola en conférence de presse, lui qui n’a regretté qu’une chose après Paris : un certain manque d’agressivité face aux stars franciliennes. Et encore, après un duel de cadors face à Chelsea trois jours auparavant, c’est relativement compréhensible… Au final, City aurait pu repartir du Parc des Princes avec un résultat positif en se montrant un poil plus adroit devant le but. Un souci d’efficacité qui n’a pas touché les Reds en C1, eux qui ont étrillé Porto au stade du Dragon dans le même temps (1-5).

À la question de savoir si ce carton représentait une bonne préparation en vue du choc de ce dimanche, Jordan Henderson n’a pas hésité sur le site officiel du club : «Oui, à 100%». Et le capitaine de Liverpool de poursuivre : «C’est une bonne performance, mais il y a un match vraiment difficile ce week-end contre une équipe fantastique. Nous devons donc bien récupérer, nous préparer au mieux pour ce match car ce sera intense et nous devons simplement tout donner, comme nous le faisons toujours.» Jurgen Klopp, lui, estime que ses joueurs devront réaliser «une performance complète pour avoir une chance» face aux hommes de Guardiola, lesquels s’étaient baladés lors de leur dernier déplacement à Anfield. Victoire 4-1 de City. C’était le 7 février dernier, alors que le huis clos était encore de rigueur. Cette fois, le stade sera évidemment plein comme un œuf.

«TAA» et Gundogan, les grands absents

Trent Alexander-Arnold, lui, ne sera pas de la partie. Ce sera le grand absent côté Liverpool, tandis que City devra une nouvelle fois faire sans Ilkay Gundogan et Oleksandr Zinchenko. À voir si Guardiola réinsérera Foden et Gabriel Jesus dans son onze, eux qui étaient sur le banc mardi. En tout cas, le duel des coaches promet.

«Il m’a aidé, ses équipes m’ont aidé à être un meilleur manager», souligne Pep Guardiola, au sujet de son adversaire d’un jour. «Il m’a donné un autre niveau pour y réfléchir, faire mes preuves, ce que je dois faire pour être un meilleur manager avec nos équipes pour essayer de les battre. C’est la raison pour laquelle je suis toujours dans ce métier. Il y a des managers, Jürgen en est un, pour vous mettre au défi de faire un pas en avant…» D’autant plus que ce manager a tout d’un bon… James Bond, à en croire Daniel Craig, l’acteur britannique qui campe 007. «Je serais un très mauvais James Bond (sourire). Chacun son travail : le sien est de sauver le monde, et moi, d’aider Liverpool, de temps en temps», s’amuse Jürgen Klopp. Comme ce dimanche ?

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles