16.5 C
Paris
jeudi, juillet 7, 2022

L’ONU sur une « trajectoire positive » vers la pleine parité hommes-femmes |

S’adressant au Groupe d’amis sur la parité des sexes, composé de 148 pays, un événement parallèle à la 66e session de la Commission de la condition de la femme (CSW), le Secrétaire général António Guterres a réaffirmé l’engagement de l’ONU en faveur de l’égalité des femmes partout dans le monde.

« Aujourd’hui, je suis fier d’annoncer que nous sommes sur une trajectoire positive vers la réalisation de la parité entre les sexes » dans l’ensemble du système des Nations Unies, a-t-il déclaré, notant la réalisation de la parité entre les sexes parmi les hauts dirigeants ; plus de femmes professionnelles au Secrétariat; et des « progrès significatifs » au niveau de l’encadrement intermédiaire – tout en étant aux prises avec une crise financière paralysante ces dernières années, qui avait nécessité un gel du recrutement au titre du budget ordinaire.

Au rythme actuel des progrès, M. Guterres a ajouté que le Secrétariat devrait atteindre la parité en 2027, un an avant la date cible fixée dans la stratégie de parité entre les sexes.

Des progrès plus lents sur le terrain

Bien que des progrès constants aient été réalisés dans différents sièges de l’ONU, la parité hommes-femmes sur le terrain s’est montrée « plus lente et inégale » avancées, a observé le chef de l’ONU.

Dans les opérations de paix, 32 % du personnel civil sont des femmes, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2017, où ce chiffre était de 28 %.

Pendant ce temps, dans certaines missions, seulement un quart du personnel international sont des femmes.

« C’est dans l’intérêt de l’Organisation… des opérations de paix…[and] ceux qu’ils servent », pour changer ces chiffres, a-t-il dit, soulignant les avantages d’un personnel plus féminin.

Biais institutionnel

Des efforts accrus et plus importants sont nécessaires pour attirer davantage de femmes aux postes sur le terrain, notamment en améliorant la « culture de travail et les conditions de vie » dans les missions, qui appuient tout le personnel.

« Un héritage de politiques et de préjugés institutionnels qui entravent la participation égale des femmes ne peut être défait qu’avec des actions concrètes, des ressources dédiées et une volonté politique », a déclaré le haut responsable de l’ONU.

Il a cité des outils utiles, notamment les directives d’ONU Femmes sur l’environnement propice et les points focaux pour l’égalité des sexes à l’échelle du système, pour aider à les mettre en œuvre.

M. Guterres a évoqué certaines de ses initiatives visant à augmenter le pourcentage de femmes leaders sur le terrain, telles que l’appel mondial à des représentants spéciaux et la nomination de 16 femmes chefs ou chefs de mission adjoints.

« Pour l’avenir, votre les nominations de femmes leaders à l’Appel mondial seront essentielles pour nous aider à constituer un vivier de leaders solide et plus équilibré entre les sexes dans les opérations sur le terrain, » il a dit.

Efforts en cours

Depuis 2006, alors qu’une seule femme dirigeait une mission onusienne sur le terrain, des progrès considérables en matière d’égalité des sexes ont été réalisés, y compris l’année dernière, lorsque pour la première fois de son histoire, les niveaux supérieurs des opérations de paix ont atteint la parité.

Le Secrétaire général a noté que la stratégie de parité hommes-femmes en uniforme de l’ONU de 2018 donne des résultats, ainsi que des mesures temporaires spéciales mises à jour, qui tiennent les cadres supérieurs responsables des décisions d’embauche.

L’Organisation prend également des mesures pour identifier des candidates qualifiées pour remplacer bon nombre des 4 000 membres du personnel recrutés sur le plan international, pour la plupart des hommes, qui prendront leur retraite au cours des neuf prochaines années.

Double but

Le chef de l’ONU a assuré que la poussée de la parité entre les sexes n’empiéterait pas sur la représentation géographique équitable, les encadrant comme deux objectifs complémentaires et globaux.

« Notre capacité à mettre en œuvre nos mandats divers et complexes sera considérablement renforcée si notre main-d’œuvre est équilibrée entre les sexes et recrutée à partir d’une base géographique plus large », a-t-il souligné.

« Travail collectif »

M. Guterres a appelé les États à soutenir les candidatures féminines au niveau national, et à identifier et attirer des femmes de tous horizons, y compris du personnel en uniforme, pour travailler à l’ONU.

« Vous pouvez également soutenir nos efforts en participant à des organes intergouvernementaux », a-t-il poursuivi, plaidant pour que la Commission de la fonction publique internationale rende les conditions de service plus équitables et plus sensibles au genre, et pour que les délégations et les panels nomment des femmes dirigeantes.

« Atteindre la parité entre les sexes aux Nations Unies est une entreprise collective.”

« Un patriarcat profondément enraciné »

Dans le contexte d’un monde toujours dominé par les hommes, le chef de l’ONU a rappelé qu’une reprise inégale du COVID, le changement climatique et le « manque tragique » de paix mondiale étaient « en grande partie le résultat d’un patriarcat profondément enraciné ».

« Le patriarcat n’est pas facilement vaincu. Il continue de lutter contre les droits des femmes et des filles dans tous les domaines de la vie, dans toutes les régions du monde, » il a dit.

« Nous devons repousser ce refoulement… comme la seule voie vers le monde pacifique, égal, durable et prospère que nous voulons tous construire.

Route devant

Nous avons encore « un long chemin à parcourir » si nous voulons atteindre l’égalité des sexes et l’autonomisation d’ici 2030a déclaré M. Guterres.

Il a souligné les revers déclenchés par le COVID, notamment la perte d’emplois et la diminution des protections sociales « aggravant encore les inégalités » ; pauvreté et violence accrues; et une réduction des opportunités d’emploi, de santé et d’éducation.

« Ces déclins sont systémiques et mondiaux », a-t-il signalé, citant le dernier rapport du Forum économique mondial indiquant qu’il faudrait maintenant 135,6 ans pour combler l’écart entre les sexes dans le monde.

Le Secrétaire général a souligné son rapport sur l’agenda commun, qui met en évidence les cinq actions transformatrices en faveur de l’égalité des femmes consistant à abroger toutes les lois discriminatoires à l’égard des femmes ; promouvoir la parité hommes-femmes à tous les niveaux de prise de décision ; faciliter l’inclusion économique des femmes; inclure davantage les jeunes femmes ; et mettre en œuvre des plans nationaux d’intervention d’urgence pour prévenir et mettre fin à la violence sexiste.

« Celles-ci les actions transformatrices ont le potentiel d’inverser la tendance à l’égalité des sexes« , a-t-il conclu, affirmant que l’ONU jouera son rôle dans » la marche à suivre sur la parité entre les sexes « .

Cliquez ici pour visionner la rencontre dans son intégralité.

© UNSPLASH/Linkedin Sales Solut

Deux femmes travaillant sur leur ordinateur portable.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles