24 C
Paris
dimanche, juillet 3, 2022

l’occasion en or pour Verstappen au Mexique

Favori du Grand Prix du Mexique, sur un tracé qui lui réussit bien, Verstappen pourrait accentuer son avance en tête du championnat du monde.

Max Verstappen attendu au tournant. Sur le tracé urbain de Mexico, le Néerlandais, leader du championnat du monde, fait figure de grand favori. Depuis le retour du Grand Prix du Mexique en 2015, le pilote Red Bull y a souvent fait forte impression, remportant la course à deux reprises lors des trois dernières éditions (2017 et 2018). «J’ai d’excellents souvenirs de mes courses au Mexique avec mes deux victoires, note l’intéressé. J’ai hâte de pouvoir courir ici à nouveau, d’autant qu’on n’a pas pu y venir depuis un moment.»

Verstappen peut d’ailleurs éprouver un supplément d’âme motivé par une revanche, lui qui avait connu quelques déboires lors du précédent passage du paddock dans la capitale mexicaine, qui remonte à deux ans, Covid oblige. En 2019, «Mad Max» avait signé la pole avant de subir une rétrogradation de trois places sur la grille pour avoir voulu améliorer son temps sous drapeau jaune, alors que l’épave de la Mercedes de Valtteri Bottas gisait en bord de piste. L’agressivité du Néerlandais lui jouera à nouveau des tours le lendemain, lorsqu’il se retrouvera en fond de grille après un accrochage avec Lewis Hamilton peu de temps après le départ.

Avantage Red Bull en altitude

Un accrochage avec son meilleur ennemi alors ponctuel. Sauf que cette tension a atteint des sommets depuis cette année 2021, où les deux rivaux se livrent un combat sans merci en course. Une tension qui n’est pas prête de retomber, comme l’a présagé Toto Wolff. «Si Hamilton et Verstappen devaient se battre pour le titre lors du dernier Grand Prix à Abou Dhabi, celui qui est en tête sera prêt à tout pour être champion, un peu comme lors des années Prost-Senna», a déclaré le boss de Mercedes dans un entretien au Daily Mail . «Je ne voudrais pas gagner un championnat de la mauvaise manière, a répondu Hamilton devant la presse ce jeudi. Je suis là pour gagner avec une combinaison de technique, détermination et travail.»

Une chose est sûre, le centenaire britannique, qui n’a gagné qu’une seule course (Sotchi) depuis les évènements de Silverstone, sera là pour compliquer la vie de son rival sur une piste favorite à son dessein. Très à l’aise sur l’Autodrome Hermanos Rodriguez, Verstappen bénéficiera en outre des circonstances particulières du tracé perché à 2 285 mètres, à savoir le plus haut du calendrier. «Les deux prochaines courses à Mexico et Sao Paulo doivent normalement nous convenir d’avantage en raison de l’altitude», a expliqué l’influent conseiller de Red Bull Helmut Marko au média allemand sport.de , en faisant allusion à un moteur de la RB16B plus performant dans ces conditions que celui de la W12 de Mercedes.

Verstappen évacue la pression

Alors, tous les feux sont au vert pour Verstappen ? «Être favori sur le papier ne suffit pas, c’est toute la préparation et les ajustements qui entourent la course qui feront la différence, a coupé le Néerlandais jeudi. Cela va se jouer sur des détails. On peut paraître supérieurs, il va falloir être au-dessus du lot des premiers essais libres jusqu’à la fin du week-end.»

Avec ce Grand Prix puis celui du Brésil dans une semaine, le pilote de 24 ans détient une réelle occasion de faire le break en tête du championnat du monde, où il compte pour l’heure 12 points d’avance sur le septuple champion du monde. Une victoire à Mexico lui permettrait de repousser son adversaire à au moins 19 longueurs. Un gouffre à quatre courses du terme.

Néanmoins, son vis-à-vis part lui avec l’avantage de l’expérience de ces batailles finales. «Max n’a pas remporté un championnat depuis très longtemps et je sais ce que représente de courir après un premier titre, en particulier en Formule 1, a insisté Hamilton. Je connais la pression qui accompagne cette quête.»

«Mad Max», qui devrait recueillir les faveurs du public sur les terres de son coéquipier Sergio Perez, réfute toute forme de pression : «J’aime tellement ce que je fais que ça enlève la pression. C’est la première fois que je me bats pour le titre de la F1 mais pas la première fois que je joue la gagne dans un championnat, ça ne change pas grand-chose à la finalité, qui reste d’aller chercher la victoire. Je me dois de me battre pour cela ici.» Avant d’ajouter, sûr de ses forces après sa démonstration à Austin voilà deux semaines : «Comme lors des dernières courses, si la voiture est en mesure de gagner alors je l’emporterai.»

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles