23.1 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

L’exploit de Colbrelli, la semaine en enfer du Real Madrid… Nos tops et flops du week-end

Retrouvez les Tops et les Flops du week-end sport décernés par la rédaction des sports du Figaro.

TOPS

Sonny Colbrelli, le néophyte (8/10)

Les Italiens, à l’image de Gianni Moscon (repris à 16 km de la ligne d’arrivée) ont animé une fantastique édition de Paris-Roubaix pluvieuse, boueuse, imprévisible. Au sprint, Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious) s’est joué de ses deux compagnons d’échappée, le Belge Florian Vermeersch et le Néerlandais Mathieu Van der Poel pour décrocher la plus belle victoire de sa carrière. Colbrelli (31 ans), un coureur en pleine réussite qui vient d’être sacré champion d’Europe. Il s’inscrit comme le premier néophyte lauréat de la «Reine des classiques» depuis Jean Forestier en 1955.

Sonny Colbrelli, un sprint d’enfer, pour dominer Paris-Roubaix

Castres : Hounkpatin frappe fort (7/10)

Une démonstration de force. Par deux fois. Le pilier droit du Castres Olympique, Wilfrid Hounkpatin, s’est mis en lumière lors de la victoire contre le Rugby Club Toulonnais, en inscrivant un doublé (13e, 43e). Une performance plutôt inhabituelle pour un pilier. Face au RCT, le droitier passé par Narbonne puis Rouen s’est mis en lumière. Confirmant l’étendue de son talent réparé par Fabien Galthié et son staff qui l’avaient emmené en Australie cet été pour la tournée des Bleus (un succès, deux revers). Son coup d’éclat de samedi devrait le rappeler aux bons souvenirs de l’encadrement tricolore qui prépare les test-matches automnaux (Argentine, Géorgie, Nouvelle-Zélande).

Rennes stoppe l’ogre parisien (9/10)

Les Rennais ont mis un terme à la série d’invincibilité des Parisiens ce dimanche (2-1). Dans un Roazhon Park survolté, les hommes de Bruno Genesio ont infligé la première défaite de la saison au club de la Capitale, tombeur de Manchester City en Ligue des champions ce mardi (2-0). Une victoire de prestige qui permet aux Rennais d’enchaîner un deuxième succès consécutif et d’intégrer provisoirement le top 10 de Ligue 1. L’entraîneur breton a en tout cas apprécié la performance des siens à sa juste valeur : «On a fait le match qu’il fallait, avec tout ce qu’il faut pour battre cette équipe: de l’envie, de la solidarité, une faculté à faire beaucoup d’efforts. On a rajouté du jeu, du pressing et aussi une part de réussite qui nous avait manqué. Le tournant du match, c’est le coup franc de Messi sur la barre, ça aurait changé beaucoup de choses. On peut parler d’exploit, même si on croyait qu’on était capables de le faire.»

Le retour gagnant du duo Papadakis-Cizeron (8/10)

Retour idéal pour Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron : après vingt mois sans compétition, les quadruples champions du monde de danse sur glace se sont montrés d’entrée à la hauteur de leur ambition d’or olympique dans quatre mois à Pékin, au Masters à Epinal (Vosges), traditionnel rendez-vous national de début de saison. Pour leur première sortie depuis janvier 2020, Papadakis et Cizeron, 26 ans tous les deux, se sont imposés avec un total de 231,10 points. Samedi, ils ont été récompensés par 137,31 points au bout de leur danse libre patinée sur l’Elégie de Gabriel Fauré, jouée au violoncelle et au piano. La veille, leur danse rythmique avait été créditée de 93,79 points. Des scores d’excellence – toutefois pas transposables au niveau international. «L’objectif, c’était de montrer à tout le monde qu’ils attaquaient cette saison olympique en étant prêts, qu’on n’était peut-être pas là pendant vingt mois mais qu’on sait encore tenir debout, plus que ça même ! Ça, c’est accompli», apprécie leur entraîneur Romain Haguenauer.

FLOPS

Le Real Madrid, une semaine à oublier (1/10)

La semaine noire du Real Madrid se poursuit. Après avoir sombré mercredi au Bernabéu face au Sheriff Tiraspol (1-2) en Ligue des champions, les Merengues ont connu une nouvelle désillusion sur la pelouse de l’Espanyol Barcelone (2-1) ce dimanche. Malgré une nouvelle réalisation de Karim Benzema, les protégés de Carlo Ancelotti concèdent une deuxième défaite d’affilée et un troisième match sans succès, toutes compétitions confondues. Pour l’entraîneur italien, il s’agit d’une rencontre à très vite oublier : «On a mal joué. Il n’y a pas grand-chose d’autre à dire. On n’a pas réussi à garder notre calme, à mettre en place ce qu’on avait prévu. L’équipe n’était pas bien positionnée, avec et sans ballon. Il faut être honnête, c’est le pire match de notre saison. Maintenant, on doit utiliser la fenêtre internationale pour réfléchir un peu sur pourquoi cette équipe a changé d’attitude en une semaine. Mais la défaite n’est pas un accident. Deux défaites, ce n’est pas notre habitude dans cette équipe, dans ce club. On doit vite trouver un remède.»

La Rochelle, la rechute (4/10)

Vice-champion de France et d’Europe, le Stade Rochelais est à la peine depuis la reprise du Top 14. Après trois revers d’entrée (certes contre des grosses écuries), les Maritimes avaient débloqué leur compteur victoire en balayant le Biarritz Olympique (59-17). Leur saison était lancée ? Pas vraiment, puisque l’équipe désormais entraînée par Ronan O’Gara a rechuté samedi sur la pelouse de Montpellier (21-11). La fin de saison dernière ne semble pas digérée et O’Gara peine à relancer une machine qui était redoutable lors du dernier exercice. Kevin Gourdon et ses coéquipiers ne sont que 12e de l’élite. Loin des ambitions nées de leur nouveau statut… Séance de rattrapage samedi prochain, à Marcel-Deflandre, contre Castres.

Wout Van Aert, de mal en pis (5/10)

Les semaines se suivent et se ressemblent pour le Belge. Après avoir porté la pancarte de favori lors des Championnats du monde de Louvain qui ont sacré Julian Alaphiulppe, le leader de l’équipe Jumbo-Visma s’imposait comme l’un des incontournables de Paris-Roubaix. Freiné par une chute dans la Tranchée d’Arenberg, Wout Van Aert n’a ensuite jamais trouvé le bon rythme. Trop loin quand Mathieu Van der Poel a lancé son opération pour revoir la tête de la course, il n’a pas ensuite pu se mêler à la lutte pour la victoire finale. Il doit se contenter d’une nouvelle place d’honneur (7e à 1’16 »). Loin de ses rêves de conquête. Épuisé et abattu, il a indiqué qu’il aspirait à du repos. Pour digérer. Avant de se relancer.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles