24 C
Paris
dimanche, juillet 3, 2022

Les États-Unis ne feront pas défaut le 18 octobre

La menace de défaut de paiement est reportée au mois de décembre.

Le défaut de paiement des États-Unis, aux conséquences financières et économiques catastrophiques, n’aura pas lieu le 18 octobre. Cette éventualité semblait improbable mais les blocages persistants au Congrès rendaient la menace réelle. Elle est désormais reportée au début du mois de décembre. Les leaders républicains du Sénat à Washington sont tombés d’accord, jeudi, avec leurs collègues démocrates pour que ces derniers relèvent, à la marge, le plafond de la dette publique par un vote qu’ils ne bloqueront pas.

La Secrétaire au Trésor, Janet Yellen, avait mis en garde qu’au-delà du 18 octobre, le gouvernement américain ne disposerait plus de l’autorité pour emprunter davantage car le plafond de l’endettement de l’Oncle Sam, fixé par la loi à 28 400 milliards de dollars, aura été atteint. Les États-Unis, comme beaucoup de pays riches, doivent continuellement augmenter leur endettement pour financer leurs dépenses et payer les intérêts de leurs dettes antérieures.

Le Congrès américain adopte in extremis un budget temporaire pour éviter la paralysie des services fédéraux – Regarder sur Figaro Live

Une échéance reportée

La loi américaine contraint le Congrès à voter régulièrement un relèvement du plafond de l’endettement. Ce passage obligé est parfois utilisé par les républicains dans le but de démontrer que les démocrates se moquent de la dérive malsaine des dépenses publiques.

Faute de consensus pour éliminer cette loi, la Maison-Blanche cherche depuis des semaines par quel moyen législatif relever le plafond de la dette durablement ou le suspendre pendant plusieurs années. La solution annoncée jeudi ne résout pas le problème. Elle ne fait que reporter l’échéance au début du mois de décembre en autorisant 480 milliards de dollars d’endettement supplémentaire. À très court terme, cela représente néanmoins un soulagement pour Wall Street: le système financier mondial repose sur le principe que le Trésor américain va toujours honorer ses créances. Les indices boursiers américains se sont envolés dès l’annonce du compromis temporaire.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles