23.1 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

Les défaillances d’entreprise en recul de 25 % sur un an

La Banque de France a publié les chiffres pour septembre. Le changement des délais légaux de déclaration de cessation de paiement et le «quoi qu’il en coûte» ont limité le nombre de défauts.

Les défaillances d’entreprise sont toujours à un niveau historiquement bas. En septembre 2021, le nombre de défaillances sur un an s’élève à 27 359 soit un recul de 25,1 % par rapport à la même période un an plus tôt. Le recul est encore plus marqué lorsqu’on compare au nombre de défaillances enregistrées sur un an à fin septembre 2019, période entièrement antérieure à la crise sanitaire. Le recul est alors de 47,9 %.

Ce recul du nombre de défaillances s’observe pour la plupart des catégories d’entreprises et des secteurs y compris ceux les plus touchés par les mesures de restrictions liées à la situation sanitaire, dont l’hébergement restauration (- 44,2 % sur un an) et le commerce (- 28,1 % sur un an).

Deux facteurs sont à l’origine de ce plus bas historique. Cela s’explique en premier lieu par l’impact momentané des évolutions réglementaires qui ont modifié temporairement les dates de caractérisation et de déclaration de l’état de cessation de paiements. En second lieu, le niveau des défaillances d’entreprises s’explique par l’ensemble des mesures de soutien qui apportent des aides de trésorerie ou ont permis aux entreprises de réduire ou retarder le paiement de certaines charges, et donc le risque de faire défaut sur ces paiements (mesures d’activité partielle, prêts garantis par l’État avec remboursements différés, fonds de solidarité, moratoires, etc.).

Certaines de ces mesures sont prolongées dans le plan de sortie de crise. «Il n’y aura donc pas de vague de faillites à venir» assure la Banque de France.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles