19.2 C
Paris
dimanche, juillet 3, 2022

Les comptes publics restent fortement dégradés

De nombreux experts jugent la situation alarmante.

C’est à première vue une bonne nouvelle. Avec une reprise plus vigoureuse que prévu par le gouvernement (croissance de 6 % en 2021, puis de 4 % en 2022), les rentrées fiscales devraient être meilleures qu’anticipé (+ 19 milliards d’euros) et les comptes publics se redresser plus rapidement. L’exécutif prévoit ainsi l’an prochain un déficit public de 4,8 % du PIB (au lieu de 5,3 %), après 8,4 % cette année.

Il n’y a toutefois pas de quoi se réjouir. Déjà dégradées avant la pandémie, les finances publiques ont plongé dans le rouge vif depuis, avec une dette qui atteindra 114 % l’an prochain, contre 115,6 % en 2021. Jugée alarmante par de nombreux experts, notamment Pierre Moscovici, le premier président de la Cour des comptes, cette situation pose la question de la soutenabilité à moyen terme des finances publiques.

La dette Covid

En clair, le gouvernement ne va pas pouvoir compter sur la politique ultra-accommodante de la BCE ad vitam aeternam. À un moment ou un autre, les taux sur les marchés financiers

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 59% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles