17.5 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

Les agriculteurs face à la flambée du prix des engrais azotés

À cause de la hausse des cours du gaz, leur prix a presque triplé en un an. Le risque de pénurie guette.

«Un risque sur la sécurité alimentaire mondiale». En alertant il y a 15 jours sur la flambée du prix des engrais produits à partir d’azote, le géant norvégien des engrais minéraux Yara International a jeté un pavé dans la mare. De fait, les engrais azotés qui fertilisent les grandes cultures (céréales, betteraves…) figurent bien parmi les victimes collatérales de la flambée des cours du gaz.

Fabriqués à partir d’ammoniac, qui combine azote de l’air et hydrogène provenant du gaz naturel, ces fertilisants ont vu leur prix s’envoler depuis un an. Tel l’ammonitrate 33,5 % l’engrais minéral le plus utilisé, dont le prix à la tonne est passé de 250 en novembre 2020 à 750 euros aujourd’hui. «Soit l’équivalent du tiers du revenu à l’hectare d’un producteur de betterave» s’alarme Franck Sander, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB). Idem pour l’urée, un engrais sous forme de granulés qui a vu ses prix multipliés par quatre. Au total, le surcoût pour la ferme France

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles