17.5 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

le président Lemaître soutient Collazo et allume ses joueurs qui «ne sont pas lassés de leur salaire»

Face à la mauvaise passe de son club, le président varois demande des résultats lors des trois prochains matchs. Il défend son staff en pleine tempête et critique vertement l’attitude de certains joueurs. Sans les nommer.

Le Rugby Club Toulonnais connaît un début de saison chaotique avec une seule victoire après cinq journées. Pire, les Varois restent sur deux défaites indigentes à Perpignan (12-9) puis à Castres (27-16). Devant cette situation critique, le président toulonnais Bernard Lemaître a décidé de mettre son équipe face à ses responsabilités, sans toutefois «fixer un ultimatum» à son manager Patrice Collazo. «Il faut être factuel. Nous avons un effectif complètement chamboulé. Mais nous devons monter un autre visage. On se mobilise à fond sur le court terme contre Brive puis le Racing. Après on va à La Rochelle, on fera un bilan là, j’espère qu’il sera positif», a déclaré jeudi Bernard Lemaître lors d’une conférence de presse.

À l’issue du dernier revers contre le CO, le manager toulonnais avait reconnu être «en retard sur le tableau de marche que l’on s’est fixé avec les joueurs» : «Quand on a deux réceptions (Brive puis Racing 92), il faut faire le plein de points, et de confiance devant notre. Ce sera très important. On n’aura pas le choix.» Plutôt que d’accabler son manager, Bernard Lemaître a préféré allumer certains de ses joueurs. «Est-ce qu’on fait la guerre avec des troupes dont on n’est pas sûr à 100 % ? J’ai conscience qu’il y a un problème. Tout le monde l’a situé au niveau de l’entraîneur en chef. Un ancien joueur de football a dit : « Dans ce genre de situation, soit tu fais tout péter, soit tu fais face à la situation. » Je choisis la deuxième option.»

J’ai lu que les joueurs seraient lassés de la situation. Mais ils ne le sont pas de leur salaire…

Bernard Lemaître

«Je me suis posé des questions sur la compétence du staff, a-t-il poursuivi. J’ai vérifié l’opinion que l’on se fait de ces gens. Je croule sous les compliments à leur propos. Après je me suis posé des questions sur le travail qui est fait. Je constate qu’il se fait un travail de très grande qualité.» Patrice Collazo est au cœur des critiques des supporters toulonnais. Il est arrivé en 2018 au RC Toulon, après un départ houleux du Stade Rochelais. Depuis son arrivée dans le Var, le club au brin de muguet ne s’est pas qualifié pour les phases finales du Top 14. À l’issue de la saison 2018-2019, le RCT s’était classé 9e. Avant l’arrêt de la saison suivante en raison de la pandémie de Covid-19, Toulon était 4e après 17 journées. L’an dernier, le club s’était classé 8e.

«Un effectif pour être champions de France»

Bernard Lemaître s’interroge plus sur l’investissement de certains de ses joueurs. «On se pose des questions sur la qualité de l’effectif. On nous dit qu’on a un effectif pour être champions de France. Mais il y a beaucoup d’absences, jusqu’à 18 joueurs. Il faut que les gens jouent ensemble. Est-ce que le groupe fonctionne bien ? Il y a aussi le mental. Il y a un problème d’unité et de solidarité.»

Quand l’arbre commence à aller mal, il est temps de couper les branches. Et ce n’est peut-être pas là où la vox populi voudrait me conduire que se situe le problème

Bernard Lemaître

Au terme d’un long discours, Bernard Lemaître a finalement soutenu son staff et mis ses joueurs face à leurs responsabilités. «J’ai lu que les joueurs seraient lassés de la situation. Mais ils ne le sont pas de leur salaire… Et si c’était l’inverse, si le club était lassé de ses joueurs ?» Le dirigeant varois ajoute : «Je constate une chose : ceux qui sont arrivés cette saison, ils ont la banane, ils sont contents, et ils sont performants. C’est un fait.» Critique non voilée envers certains anciens de la maison rouge-et-noire.

Avant de lâcher un cinglant : «Quand l’arbre commence à aller mal, il est temps de couper les branches. Et ce n’est peut-être pas là où la vox populi voudrait me conduire que se situe le problème. Si un général a de mauvaises troupes, il ne va pas gagner la guerre.» Des déclarations – similaires à celles faites à l’issue du dernier exercice – qui ont le mérite d’être claires. Mais qui ne vont pas améliorer l’ambiance du RCT…

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles