27 C
Paris
samedi, juillet 2, 2022

Le bijou de Khazri, Gaston de retour, Messi et le Barça piochent… Nos tops et flops du week-end sport

BILAN – Retrouvez les Tops et les Flops du week-end sport décernés par la rédaction des sports du Figaro.

TOPS

Khazri touche au sublime
68 mètres. C’est la distance à laquelle Wahbi Khazri a décoché une frappe qui a fait mouche samedi, lors de la rencontre de la 12e journée de Ligue 1 opposant Metz à Saint-Etienne (1-1). Un bijou. L’un des buts de la saison, assurément. «Après tant de tentatives, c’est bien que ça rentre ! Et ça permet surtout de revenir au score après s’être fait cueillir à froid. Ce but est important», analyse l’international tunisien. Et de poursuivre : «Je remonte avec le ballon, j’ai zéro solution, je le vois très avancé donc je me dis que c’est la seule solution de tenter. Et après il faut de la réussite pour que ça rentre… Le plus important c’est de revenir au score car ça récompense tout le travail de l’équipe.» Evidemment, Khazri aurait préféré marquer un but moins spectaculaire mais synonyme de victoire. Les Verts sont en effet dans le rouge, eux qui occupent la peu enviable position de lanterne rouge au classement. «Encore une fois on n’est pas récompensé mais l’équipe a été solidaire jusqu’à la fin, n’a rien lâché. On a eu une belle maîtrise technique et maintenant il faut prendre des points pour remonter au classement. On a envie de grimper au classement, l’équipe fait beaucoup d’efforts. Si on continue dans cet esprit-là on va être récompensé», promet l’homme aux sept buts en L1 depuis le début de la saison. Il en faudra encore d’autres pour sauver l’ASSE.

À VOIR AUSSI – Le coup franc de Khazri contre Angers le 22 octobre dernier (2-2)

Taumoepeau relance Perpignan
Après quatre défaites de rang, Perpignan a renoué avec le succès face à La Rochelle (22-13) samedi, lors de la neuvième journée de Top 14. Une victoire qui doit beaucoup au centre de l’USAP Afusipa Taumoepeau. Le Tonguien, qui, touché aux adducteurs, avait failli déclarer forfait, a en effet inscrit les trois essais de son équipe, tous après la pause : à la conclusion d’un contre de 80 mètres (40e), au soutien d’un rush de son troisième-ligne Lemalu (51e) et à la finition d’un joli mouvement collectif (69e). Une performance qui permet à Perpignan de quitter la dernière place du classement du Top 14.

Encore du sursis pour Solskjaer
Ole Gunnar Solskjaer peut souffler. Proche de la porte il y a encore quelques jours, le coach de Manchester United s’est offert un peu de répit à la faveur d’une victoire 3-0 sur le terrain de Tottenham, samedi. Un succès qui doit beaucoup à Cristiano Ronaldo, auteur du but de l’ouverture du score et passeur décisif pour Edinson Cavani ensuite, avant une réalisation de Marcus Rashford. Sept buts en dix matches pour «CR7» sous les couleurs mancuniennes. Une chose est sûre : Solskjaer a encore une fois évité le couperet. Comme ça a souvent été le cas depuis sa nomination, en 2019. Du moins pour l’instant… L’ancien «supersub» est increvable. Prochain rendez-vous pour MU ? Mardi à Bergame, en Ligue des champions.

Hugo Gaston dans le tableau principal à Paris
Revoilà Hugo Gaston ! Révélation de Roland-Garros en 2020 (8e de finale), le Français avait disparu des radars du circuit principal ces derniers mois malgré une finale perdue à Gstaad il y a quelques mois. Les spectateurs de l’Accor Arena auront le plaisir de le retrouver le gaucher en début de semaine sur les courts après son beau parcours dans les qualifications du Rolex Paris Masters. Le Toulousain a sorti samedi Kevin Anderson (7-6, 2-6, 7-6), qui, même loin de sa forme optimale, n’est jamais un cadeau sur dur. Dimanche, il a renversé Lorenzo Musetti (67e mondial) en trois manches (3-6, 6-3, 6-4). Deux belles performances pour le 107e mondial qui justifie pleinement l’attribution d’une invitation pour les qualifications.

FLOPS

Le Barça toujours en eaux troubles
Un point, c’est tout. Devant un Camp Nou peu garni (37.000 spectateurs, dans un stade qui peut en accueillir près de 100.000), le Barça de Sergi Barjuan a concédé le nul face à la modeste formation d’Alaves (1-1) samedi, lors de la 12e journée de Liga. Un troisième match d’affilée sans victoire en championnat pour les Catalans, quelques jours après l’éviction de Ronald Koeman. Mis à part le bon niveau affiché par les jeunes issus de la Masia, comme le prometteur Gavi, pas beaucoup de positif à tirer… Deux mauvaises nouvelles en prime : l’élongation de Gerard Piqué et le «malaise thoracique» de Sergio Aguero. Quand ça ne veut pas… En attendant Xavi, Barcelone, qui a rendez-vous avec Kiev en C1 et occupe la neuvième place en Liga, à huit longueurs de la tête, continue donc d’avancer au ralenti. À noter que la Juve, battue à Vérone (2-1) samedi et neuvième en Serie A, ne va pas beaucoup mieux en Italie… Monuments en péril.

Messi, ce n’est toujours pas ça
La seule bonne nouvelle pour les supporters barcelonais, c’est que leur ancienne idole, Lionel Messi, ne tourne pas au super non plus à Paris. Pendant que «CR7» continue d’affoler les statistiques, le sextuple Ballon d’or se cherche encore. En fait, c’est tout le PSG qui se cherche encore pour être honnête… Sans doute pas à 100% de ses moyens, Messi n’a passé que 45 minutes sur le pré vendredi, contre Lille. 45 minutes qui ne resteront pas dans les annales et qui ne lui ont pas permis d’ouvrir son compteur en Ligue 1. Et c’est sans lui que Neymar et compagnie ont finalement renversé le Losc (victoire 2-1). Comme l’a indiqué Leonardo après la partie, il n’est pas question d’enterrer Lionel Messi, qui n’a plus rien à prouver à personne, ou d’affirmer que son recrutement n’était pas une bonne idée. Rien de tout cela. Simplement, le constat est là : Mauricio Pochettino n’a pas encore trouvé la clé pour en tirer le meilleur. Plus globalement, le coach argentin a encore du travail pour permettre aux Parisiens de montrer un visage plus séduisant. Face au Losc, c’est passé par un trou de souris. Mais ils n’auront peut-être pas toujours cette réussite.

Sopoaga fait rechuter Lyon
Il y a deux semaines, le LOU était la première équipe à faire chuter le Stade Toulousain, invaincu depuis mai dernier. On pensait que la saison des hommes de Pierre Mignoni – 2 victoires, 3 défaites avant cet exploit – était enfin lancée. À tort. Une courte défaite à Paris, face au Stade Français (23-18) et un revers plus large samedi à Montpellier (30-8). Un match plombé par l’ex-All Black, Lima Sopoaga. Titularisé pour la première fois cette saison, l’ouvreur a multiplié les fautes de main. Dont un ballon relâché dans son en-but pour un essai offert à Cobus Reinach (35e, 23-3). Lyon et Sopoaga ne s’en sont pas relevés. «Peut-être était-il trop tôt pour lui, a reconnu le manager du LOU. Il a besoin de s’adapter. On va l’aider car il ne faut pas qu’il tombe dans une spirale négative.» Et toute l’équipe lyonnaise avec lui…

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles