19.3 C
Paris
vendredi, mai 20, 2022

La revanche des sorcières: la Catalogne lance un appel à leur réhabilitation

La communauté autonome espagnole va demander la réhabilitation de la mémoire des femmes persécutées et pendues pour sorcellerie au XVIIe siècle et restaurer leur dignité.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés

Par JACINTO ANTÓN (El País)
Publié le 3/02/2022 à 11:21
Temps de lecture: 8 min

Oui, le démon m’a menée à Aiguafreda. » Le 28 juillet 1620, dans la prison de Vic (Barcelone), Elisabet Marti, veuve de 70 ans habitant Seva et accusée de sorcellerie, est passée aux aveux, sur ce point et sur tous ceux qu’ils lui demandèrent. Une confession extorquée sous la torture. Ils l’ont assise, nue, sur un banc, la sommant de révéler depuis quand elle pratiquait la sorcellerie et qui étaient ses camarades. Au départ, Marti a refusé avec un courage exemplaire. Alors, ils ont attaché ses bras dans son dos. A l’aide d’une poulie, ils l’ont suspendue au plafond, quasi jusqu’à son démembrement (la sensation provoquée ressemblait à l’éclatement de la cage thoracique). Le temps nécessaire pour « réciter un Ave Maria ou un Notre Père », relatent, avec une funeste bigoterie, les sources documentaires. Pour que Marti s’effondre, il a fallu la pendre plusieurs fois : onze, au total (que le notaire présent lors de la séance de torture consigna et numérota dans la marge de son procès-verbal de l’interrogatoire).


Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois
(sans engagement)

J’en profite

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles