16.2 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

La Fondation de France appelée à mieux contrôler les entités qu’elle abrite

Créée il y a un demi-siècle, cette institution, à la tête de près de 900 fondations, supporte un bilan de plus de 2 milliards d’euros.

La Cour des comptes s’est penchée sur la gouvernance et les finances d’un géant de la philanthropie hexagonale: la Fondation de France. Créée il y a un demi-siècle, cette institution, à la tête de près de 900 fondations, supporte un bilan de plus de 2 milliards d’euros. Autant dire qu’elle constituait un beau terrain de chasse pour les magistrats enquêteurs de la rue Cambon!

Même s’ils développent une batterie de recommandations pour en améliorer l’organisation, dont un meilleur contrôle des fondations abritées, leur rapport dégage avant tout l’impression d’une institution gérée avec rigueur.

Les auteurs soulignent d’abord la place «exceptionnelle» de la Fondation de France au sein du paysage français de la générosité en sa qualité de «fondation abritante». «Se définissant elle-même comme la “Fondation de toutes les causes”, elle a la particularité de ne pas agir de façon directe dans ses domaines d’intervention, mais de financer l’intervention d’autres structures, associations ou fondations, qu’elle subventionne», expliquent-ils. La gouvernance et les procédures déontologiques de l’institution reçoivent un clair satisfecit de la Cour, même si les magistrats s’étonnent de l’absence d’un service d’audit interne. Le rapport s’interroge également sur l’opportunité pour la Fondation de limiter le nombre des fondations abritées en son sein afin de mieux les contrôler, notamment sur les questions sensibles de gestion de leur portefeuille financier.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles