19.7 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

la Betclic Élite tirée vers le haut

Champions de France en titre, les joueurs de Lyon-Villeurbanne devront notamment composer avec la concurrence de l’ASM de Mike James cette saison.

Si Villeurbanne, double tenant du titre, et Monaco, renforcé, s’avancent en favoris de l’Élite de basket-ball, qui reprend ses droits vendredi, la compétition ne manque pas de densité avec Dijon, Boulogne-Levallois ou encore un promu parisien ambitieux.

Le championnat français a changé de sponsor titre, perdant un constructeur automobile pour s’associer à une entreprise de paris sportifs. Mais si l’ex-ProA peine à retrouver un diffuseur payant, elle n’a pas perdu en intérêt sur les parquets. Au contraire.

La première division du basket peut même se gargariser de compter quelques têtes d’affiche susceptibles de relancer son attractivité. Parmi elles: le phénomène français Victor Wembanyama (2,19 m à 17 ans), passé de Nanterre à l’Asvel et promis à un avenir radieux en NBA. Citons aussi le sélectionneur Vincent Collet qui, après une campagne olympique argentée avec les Bleus à Tokyo, a repris du service en club, à Boulogne-Levallois. Sans oublier la recrue majeure de Monaco, le meneur-arrière américain Mike James, meilleur marqueur de l’Euroligue en 2019.

La «Roca Team», qui découvre la C1 cette saison après son sacre inédit en Eurocoupe (C2) fin avril, est sans doute l’équipe la plus séduisante sur le papier. «Cette saison Monaco sera au-dessus», estime d’ailleurs l’arrière-ailier Lahaou Konaté, qui entame sa deuxième saison à Boulogne-Levallois. «Après, il y a toujours l’Asvel, des équipes comme Dijon, la nôtre ou même Bourg-en-Bresse», poursuit le joueur des Metropolitans, opposés au Mans samedi.

L’équipe de la Principauté se rendra elle à Roanne, deux jours après son baptême en Euroligue face au Panathinaïkos. L’Asvel, opposée à Kaunas vendredi en C1, recevra Gravelines dimanche. Le plus dur pour les deux locomotives de l’Élite sera de jongler entre les compétitions.

Lighty absent

L’Asvel s’y est préparée. Mais le club présidé par Tony Parker a aussi dû remanier son effectif au gré des départs (Heurtel, Yabusele, Cole…). Outre la pépite Wembanyama, le géant franco-sénégalais Youssoupha Fall (2,21 m) a posé ses valises dans le Rhône. L’Asvel a aussi enrôlé l’intérieur Kostas Antetokounmpo, peu utilisé par les Lakers en NBA où son frère Giannis, sort d’une nouvelle saison monstrueuse auréolée d’un premier titre de champion avec les Bucks.

L’Asvel a aussi vécu un coup dur. Son vice-capitaine et ailier, David Lighty, a dû rentrer aux Etats-Unis pour raisons familiales et manquera le début de saison. «C’est difficile au niveau de la présaison. Nous avons un peu de retard en raison de blessures», a expliqué jeudi l’entraîneur TJ Parker. «Faire aussi bien (que la saison dernière) je sais que c’est difficile mais les objectifs sont les mêmes, gagner le plus possible», a ajouté le coach.

Diffusion gratuite

D’autres équipes espèrent tirer leur épingle du jeu. Le Paris Basketball, promu, vise les play-offs. Dijon n’a pas renoncé à détrôner le champion après une belle saison 2020-2021, marquée par une première place de saison régulière et deux finales, en Élite et en Coupe de France. Mais le club bourguignon devra faire sans l’entraîneur Laurent Legname, aux commandes désormais de Bourg-en-Bresse, une équipe en progrès. Le technicien de 44 ans a situé sa nouvelle équipe «dans le wagon des prétendants derrière les deux épouvantails (Monaco et l’Asvel)» lors de la conférence de rentrée de la Ligue nationale de basket (LNB) à Paris, où la question des droits télés a été longuement évoquée.

Les matches seront diffusés en clair sur lnb.tv, la chaîne Sport en France et, à raison d’un décrochage régional par mois, sur France 3. À moins que la LNB ne retrouve un diffuseur privé. Après les tergiversations la saison dernière pour adapter la formule aux contraintes sanitaires, cela n’a pas l’air d’être la tendance. «Les télévisions ont été blessées par ce qu’il s’est passé. Ça pèse, même si cela n’a pas été clairement dit», a souligné le président de la LNB Alain Béral. Les amateurs de basket pourront au moins regarder les rencontres sans payer.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles