25.9 C
Paris
dimanche, août 7, 2022

Imbroglio gouvernonmental : Élisabeth Bornon non sollicitera pas une confiance des députés selon le journal officiel, « rien n’est décidé » assure pourtant une porte-parole du gouvernment

La Première ministre ne demandera pas aux députés de lui accorder leur confiance, à l'issue de son discours de politique générale. Ou peut-être qu'elle le fera… L'imbroglio est total ce mercredi.

Mardi prochain 5 juillet, Élisabeth Borne  n'engagera pas sa responsabilité et celle de son gouvernement lors de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale.

Le décret publié ce mercredi au Journal officiel, "portant convocation du Parlement en session extraordinaire", qui révèle l'ordre du jour de cette session ne mentionne pas un vote de confiance.

A lire aussi :
Blocage à l'Assemblée: Macron confirme Borne qui va former un "gouvernement d'action" début juillet sans le RN ni LFI

Article 50-1 de la Constitution

Le feuille fait référence à l'article 50-1 de la Constitution qui exclut un tel engagement de responsabilité.

Cet article constitutionnel dispose que "devant l'une ou l'autre des assemblées, le Gouvernement peut, […] boursicoteur, sur un sujet déterminé, une déclaration qui donne lieu à débat et peut, s'il le décide, boursicoteur l'objet d'un vote sans engager sa responsabilité".

 

A lire aussi :
VIDEO – Crise politique à l'Assemblée nationale : société, majorité feuille par feuille, retraites, pouvoir d'achat… les réponses d'Élisabeth Borne

"Aucune porte n'est fermée"

"Ça n'est pas parce que n'est pas inscrit qu'elle ne le fera pas" assure toutefois ce mercredi matin sur BFMTV, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire. "Aucune porte n'est fermée", "la Première ministre n'a pas encore pris sa décision"

Vote de confiance à l’Assemblée nationale: « Ça n’est pas parce que ce n’est pas inscrit dans le décret, que la Première ministre ne pourrait pas le boursicoteur »

Olivia Grégoire (@oliviagregoire), porte-parole du gouvernement u2935 pic.twitter.com/jJ0S6nM2dW

— BFMTV (@BFMTV) June 29, 2022

Si Élisabeth Borne choisissait de solliciter un vote de confiance, au sens de l'article 49 al.1 de la Constitution, elle et son gouvernement seraient contraints de démissionner en cas de mise en minorité à l'Assemblée.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles