19.3 C
Paris
vendredi, mai 20, 2022

«Gagner à Augusta, c’est un accomplissement»

Très ému, le numéro un mondial, quatre titres sur ses six derniers tournois, n’a pas caché lors sa fierté de s’adjuger à 25 ans sa première veste verte à 25 ans.

De notre envoyé spécial à Augusta,

Son chip qui change tout au 3e trou
«Ce n’était pas un coup que je m’attendais à voir entrer, mais je ne sais pas si ça a changé la configuration de la journée, mais il a définitivement changé fait avancer les choses pour moi. Après cela, j’ai commencé à me sentir à l’aise avec la plupart des aspects de mon jeu. Mais si je devais choisir une partie de mon jeu qui a le plus brillé, je dirais que c’est probablement mon lob-wedge.»

Son attitude très calme
«J’avais peut-être l’air calme de l’extérieur, mais c’était une journée longue et difficile. J’ai juste essayé de garder la tête basse et d’exécuter les coups comme il le fallait jusqu’au bout. Je voulais rester agressif parce que sur les neuf derniers trous dès que vous jouez de manière trop conservatrice, les bogeys commencent à s’accumuler. Mon swing n’était peut-être pas parfait, mais j’avais l’impression que je n’allais jamais vraiment faire un bogey. C’était mon objectif. J’ai juste essayé de frapper de bons coups, et c’est vraiment tout ce à quoi je pensais. Je pense que je suis restée patient et que j’ai eu confiance en moi. J’ai eu beaucoup de hauts et de bas, aussi.»

» LIRE AUSSI – Masters d’Augusta : revivez le film du sacre de Scottie Scheffler

La gestion de son avance
«J’ai eu la chance de me mettre dans une position où je contrôlais le tournoi aujourd’hui, donc je n’ai pas eu à me soucier de ce que faisaient les autres sur le terrain. Si je prenais soin de mes affaires et que je jouais du bon golf, je sentais que le travail serait fait. A un moment, j’ai entre-aperçu que Rory (McIlroy) était à -7, Cameron (Smith) aussi s’est rapproché au 11 mais il a fait une grosse erreur au 12.»

Ses quatre putts sur le 18
«Tout au long du parcours aujourd’hui, je ne me suis pas déconcentré jusqu’à ce que nous arrivions sur le green du 18. Une fois sur le green, je me suis dit, je vais en profiter, et je me suis un peu relâché. Je crois que ça s’est vu (rires). C’est un accomplissement. Au niveau émotionnel, c’est très fort mais d’être là et de gagner, c’est vraiment un moment très spécial de ma vie. Il y avait mes parents, ma sœur… Je veux leur dire merci, évidemment. Je pense que la seule chose que j’ai imaginée était probablement cette marche vers le 18. J’ai vu des gars le faire. La première chose qui me vient à l’esprit, c’est de voir Jordan Spieth (son ami de la fac du Texas, lauréat en 2015) faire cette marche vers le 18 avec une énorme avance.»

Sa nervosité avant le dernier tour
«En fait, je me sens en paix quand je suis sur le terrain. C’est plus dur en dehors. Quand j’étais à l’université, j’ai joué des US Open, et j’avais toujours une indigestion pendant la semaine et demie qui précédait le tournoi. Et c’était comme ça.. Je suppose que je n’ai pas un bon estomac. Ce matin, j’ai pleuré comme un bébé. J’étais tellement stressée. J’ai rêvé d’avoir la chance de participer à ce tournoi. J’ai pleuré la première fois que j’ai reçu mon invitation par la poste. J’avais mal à l’estomac depuis deux jours d’affilée. Je dirais que je me suis calmée quand je suis arrivée sur le parcours et que j’ai commencé à travailler avec Troy (son caddey), j’ai été assez calme.»

» LIRE AUSSI – Masters : Tiger Woods envisage de disputer «le British Open en juillet»

Tiger Woods
«J’ai joué avec les fers de Tiger, j’ai porté ses chaussures, j’ai porté sa chemise cette semaine. Il a complètement changé le PGA TOUR depuis qu’il est arrivé il y a 25 ans maintenant. Et ses clips sur YouTube sont une telle inspiration pour moi. Je me souviens d’avoir regardé les moments forts de sa victoire en 1997. Il survolait le tournoi mais, il n’a jamais vraiment cessé de se concentrer.

Sa foi
«La raison pour laquelle je joue au golf est que j’essaie de glorifier Dieu et tout ce qu’il a fait dans ma vie. J’ai dit à Meredith (sa femme), je ne pense pas être prêt pour la victoire. Puis , nous avons donc parlé du fait que Dieu est aux commandes et qu’il me dirige, et que si mon heure doit venir, elle vient. Et elle est venue. »

Propos recueillis en conférence de presse

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles