14.5 C
Paris
dimanche, juillet 3, 2022

«En France, à l’école, il n’y a aucune culture de la gagne»

ENTRETIEN – Le vice-champion olympique de décathlon à Tokyo s’est longuement confié pour Le Figaro sur ses Jeux, mais aussi la place du sport dans le système éducatif.

Le 5 août dernier, au terme de deux jours compliqués en raison d’un problème de dos, Kevin Mayer a décroché la médaille d’argent du décathlon à Tokyo. Le même métal que cinq ans auparavant à Rio. Pas celui, donc, qu’il était venu chercher dans la capitale japonaise, lui le recordman du monde de la discipline. Mais dont il reste «très fier». Avant de goûter à des vacances bien méritées, l’athlète de 29 ans a pris le temps de se confier sur ses Jeux, sur les difficultés actuelles de l’athlétisme hexagonal et surtout sur le manque de reconnaissance dont souffre le sport. Sans langue de bois, comme toujours avec ce champion aux convictions fortes.

LE FIGARO. – Avec le recul qui est le vôtre aujourd’hui, quel sentiment prédomine au sujet de ces Jeux de Tokyo et de votre médaille d’argent sur le décathlon?
Kevin MAYER. – Il y aura toujours la frustration de ne pas être arrivé là-bas dans les meilleures conditions, mais aussi la fierté d’avoir obtenu cette médaille dans ces conditions-là. Je n’ai

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles