19.2 C
Paris
dimanche, juillet 3, 2022

Des enchères particulières organisées à Bercy

Voitures de luxe, lingots, grands vins: des objets saisis ou confisqués ont été mis en vente par l’État.

«Taper au portefeuille des criminels»: voilà, selon le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, l’objectif de la vente aux enchères qui s’est tenue ce vendredi entre les murs du ministère de l’Économie. Plus de 300 biens, saisis ou confisqués par la justice, ont été mis en vente au cours de ces enchères estampillées «de prestige». Pour le dixième anniversaire de l’Agence de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Agrasc), le catalogue a en effet été réservé quasi exclusivement à des produits de luxe, allant du lingot de trois kilos de palladium, mis à prix à 114.000 euros, à une bouteille de Petrus, mise à prix à 6300 euros.

«Au total, la mise à prix est de 1,5 million d’euros. Mais nous espérons plus de 2 millions d’euros à la fin de la journée», souriait, vendredi matin, Alain Comeil, patron de la Direction nationale des interventions domaniales (DNID), co-organisatrice de l’événement. La somme réunie par la vente devrait être annoncée dans les jours qui viennent. Les inscrits

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles