24 C
Paris
mercredi, juin 29, 2022

Craig Breen domine d’une courte tête, Sébastien Ogier lâché

L’Irlandais, au volant de sa Hyundai, a terminé la première journée en tête, juste devant son coéquipier Ott Tänak. Le Français, lui, pointe seulement au 7e rang.

Sur les terres de Toyota, le pilote Hyundai Craig Breen a pris vendredi la tête du rallye de Finlande, au nez et à la barbe de son coéquipier Ott Tänak, tandis que Sébastien Ogier pointait à la 7e place. Au terme de la dernière spéciale (ES6) de la première journée, l’Irlandais, qui n’a encore jamais gagné un rallye dans la catégorie reine, est parvenu à récupérer la première place au classement provisoire devant l’Estonien, en tête depuis l’ES2. Craig Breen, le plus rapide sur deux des six spéciales du jour (ES2 et ES5), dispose de seulement 2 »8 d’avance sur son dauphin, qui s’est aussi adjugé deux temps scratchs (ES3 et ES4). Le leader au classement provisoire va devoir se méfier de Tänak, champion du monde 2019 et qui connaît bien la Finlande puisqu’il s’est adjugé les deux dernières éditions du Rallye, en 2018 et 2019 (l’épreuve avait été annulée en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19). «Ce n’était que l’introduction, on verra demain. C’est un grand jour», a déjà promis l’Estonien.

Le pilote Toyota Elfyn Evans complète le podium provisoire, à 6 »1 de Breen, et talonné à moins de deux secondes par les Finlandais Esapekka Lappi (Toyota), de retour en WRC pour une pige, et Kalle Rovanperä (Toyota) qui fêtait ce vendredi son 21e anniversaire. «Nous ne nous attendions pas à être dans la bataille avec Toyota, donc c’est étonnamment bien», s’est réjoui Ott Tänak à la fin de la journée. Et pour cause : les Toyota sont chez elles en Finlande, où est installée l’équipe rallye du constructeur japonais, elle-même dirigée par l’ex-pilote finlandais Jari-Matti Latvala, trois fois vice-champion du monde en WRC (2010, 2014, 2015). Pour Sébastien Ogier, leader du championnat du monde et qui peut déjà tenter ce week-end de s’offrir un huitième sacre mondial, les choses n’ont pas été simples. Au fil des spéciales, le Français n’a cessé de perdre du temps avec la tête de la course.

La position sur la route peut expliquer en partie les choses mais ça ne fait pas tout.

Sébastien Ogier

«Ce n’est pas un super début de rallye, on n’a pas de raisons qui expliquent pourquoi on a perdu autant de temps aujourd’hui», a-t-il réagi à l’issue de la dernière spéciale de la journée disputée dans la pénombre finlandaise. A-t-il été pénalisé par sa position d’ouvreur ? «La position sur la route peut expliquer en partie les choses mais ça ne fait pas tout, il y a une autre partie qui est soit dans le pilote, soit dans la voiture, mais il faut qu’on comprenne», a-t-il poursuivi. Le pilote Toyota pointait vendredi soir à la 7e place, à 33 »6 de Craig Breen. Titré tous les ans depuis 2013, sauf en 2019, le Français a trois rallyes – Finlande, Espagne et Italie – pour ajouter une huitième couronne mondiale à son palmarès. Neuf épreuves spéciales sont prévues pour l’avant-dernière journée de course samedi, pour 151,95 kilomètres chronométrés sur un total de 287,11 kilomètres. Le rallye se déroule pour la première fois en octobre et non en plein été afin d’assurer la présence des nombreux fans finlandais en bord de piste à l’occasion de son 70e anniversaire.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles