19.3 C
Paris
vendredi, mai 20, 2022

Chypre. Des experts en droits humains demandent des solutions urgentes à la tragédie des personnes disparues |

Le Groupe de travail de l’ONU sur les disparitions forcées ou involontaires a déclaré qu’il était urgent d’accélérer maintenant « les fouilles et l’identification et le retour des restes des disparus ».

L’appel de la délégation d’experts indépendants est venu à la fin d’une visite officielle à l’invitation du gouvernement de la République de Chypre.

Sort des proches

« Tout en reconnaissant les réalisations considérables, notamment grâce au travail de longue date du Comité bicommunautaire sur les personnes disparues à Chypre, la progression de la recherche s’est ralentie ces dernières annéeset des défis importants subsistent », ont-ils observé dans un communiqué de presse du bureau des droits de l’homme, le HCDH.

Le panel a également noté qu’après les événements de 1963-1964 et de 1974, qui ont conduit à la division de l’île en communautés de Chypriotes grecs au sud et de Chypriotes turcs au nord, «trop de proches meurent sans connaître le sort de leurs proches ni où ils se trouvent”.

Dépolitiser la question

Le groupe de travail a souligné que «il est essentiel de dépolitiser la question des personnes portées disparues à Chypre et la traiter véritablement comme une question humanitaire et de droits de l’homme ».

Ils ont ajouté que des résultats plus efficaces ne peuvent être obtenus que par « un engagement inconditionnel de toutes les parties prenantes concernées à coopérer pleinement à sa solution et à accorder la priorité absolue aux droits des victimes et de leurs proches. Le temps presse.

Soulignant la nécessité de sortir de la méfiance et du ressentiment, pour « enfin mettre fin à l’angoisse et à la douleur de toutes les familles », le panel a déclaré que les initiatives bicommunautaires visant à la réconciliation et à la cohésion sociale, doivent être soutenues pleinement et inconditionnellement.

Vérité pour les victimes

Les experts ont également noté un certain dialogue récent à Chypre, en particulier au sein de la communauté de la société civile, sur la mise en place d’un mécanisme de véritéce qui pourrait clarifier les faits et les circonstances des disparitions.

« Pratiquement toutes les parties prenantes que nous avons rencontrées ont souligné l’importance d’établir la vérité pour les victimes, les proches et la société dans son ensemble », ont-ils déclaré, ajoutant une recommandation à toutes les parties prenantes de prendre dûment en considération cette idée, qui pourrait également être propice à la réconciliation.

Vérité et réparations primordiales

Les experts ont souligné qu' »aucun progrès n’a été réalisé en ce qui concerne les enquêtes pénales et les poursuites pour violations des droits de l’homme entraînant la disparition de personnes, y compris d’éventuelles disparitions forcées ».

Le panel a souligné qu’en plus d’établir la vérité, les réparations et d’honorer la mémoire de ceux qui ont disparu, Chypre devait ajouter la responsabilité.

En ce qui concerne la prévention des disparitions forcées, le Groupe de travail s’est dit préoccupé par les informations qu’il avait reçues « sur les refoulements en mer et sur la Ligne verte », la zone démilitarisée séparant les deux communautés, depuis 1964.

Tout en notant les défis posés par un nombre accru d’arrivées sur l’île, ils ont rappelé que « le droit international interdit clairement le retour de toute personne lorsqu’il existe des motifs sérieux de croire qu’elle serait en danger de disparition forcée ».

Les experts ont en outre appelé à la création d’un cadre juridique adéquat comme mesure de prévention des disparitions forcées.

Les experts qui ont publié la déclaration ont tous été nommés par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève. Le groupe de travail des Nations Unies sur la question est composé de Luciano Hazan (président-rapporteur), Aua Baldé (vice-présidente), Gabriella Citroni, Henrikas Mickevičius M. Tae-Ung ​​Bai. Les experts indépendants ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire de l’Organisation.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles