16.2 C
Paris
jeudi, juin 30, 2022

«Cette Ligue des Nations est une parenthèse enchantée»

Le sélectionneur national a répondu aux questions de la presse à la veille de la demi-finale entre les Bleus et la Belgique, jeudi, à Turin.

Envoyé spécial à Turin

S’il s’attend à des Belges revanchards
« Je ne suis pas persuadé que ce soit un sentiment qui les anime. C’était une étape décisive pour nous car cette demi-finale de Coupe du monde 2018 nous a permis d’être en finale et champion du monde il y a trois ans. Ce qu’il se passera demain ne changera rien au passé. Il y a toujours eu une rivalité saine, parce que c’est un pays frontalier, même si lors de l’après match en Russie, il y a eu beaucoup d’interprétations et de surinterprétations, des deux côtés. J’ai beaucoup de respect envers Roberto Martinez et les joueurs des deux équipes se connaissent mais pendant 1h30 il y a une place en finale à jouer. C’est une magnifique affiche. »

S’il sent une énergie positive chez les Bleus
« Bien sûr, mais cette Ligue des Nations est une parenthèse enchantée. On a tout fait pour parvenir au Final Four, jouer la Belgique ou l’Italie et l’Espagne, ce sont des affiches prestigieuses, il y a un titre en jeu. Je suis compétiteur, les joueurs aussi et rien ne remplace cette adrénaline. On affronte la meilleure équipe européenne, en ajoutant l’Italie. Ce qu’il se passera sur le terrain, vous êtes censé attendre du spectacle, mais les joueurs ont envie d’être confrontés à cet adversaire d’une telle qualité. »

On veut avoir le ballon le plus possible et obliger la Belgique à défendre

Sur la possible défense à trois de l’équipe de France
« C’est toujours point fort et point faible (pour le rapport de force avec l’adversaire). Roberto Martinez fera aussi un premier choix, qu’il pourra modifier (en fonction du scénario). Ce n’est pas le fait de défendre à trois, quatre ou cinq …Je pars dans l’idée de créer des problèmes à l’adversaire. La Belgique est consciente de sa force, avec une animation offensive de grande qualité et ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas le ballon. On veut l’avoir le plus possible et obliger l’équipe à défendre. »

Sur le mal-être de Mbappé et le manque de soutien à l’Euro
« Je ne sais pas ce qu’il a dit, je ne lis pas, ça ne m’intéresse pas. Le plus important est qu’on se soit parlé tous les deux en début de semaine. Ce qui m’intéresse, ce sont les discussions en interne avec les joueurs, en occultant les interprétations (venant de l’extérieur). Kylian est heureux d’être là, comme tous ses partenaires et il attend le match de demain (jeudi). On ne peut pas revenir en arrière, ce qui est important c’est aujourd’hui et demain. »

Sur son retour à Turin
« Je suis retourné pour voir des matches ici, observer des joueurs et je considère Turin comme ma 2e maison. J’y ai passé quasiment la moitié de ma carrière (5 ans de joueur entre 1994 et 1999). J’ai été marqué par cette ville et ce club. Il y a beaucoup de personnes que je connais et qui sont là, le stade a changé même si c’est au même endroit. »

Si la Ligue des Nations est plus importante après l’ échec de l’Euro
« Sincèrement non. On ne pourra rien changer à ce qu’il s’est passé (cet été). Ce n’est pas négatif, mais je considère ce Final Four comme une parenthèse et il y a une place en finale et un titre à aller chercher. Ce sont deux matches de prestige, ce n’est pas désagréable, c’est la première fois que je suis en demi-finale. »

S’il compte s’inspirer de la Belgique et de son trio d’attaque pour faire performer Benzema-Mbappé-Griezmann
« Déjà il (Roberto Martinez) n’a pas que les trois (Hazard, De Bruyne, Lukaku), d’autres sont importants. Ça m’inspire ? Ce ne sont pas les joueurs dans les mêmes registres. Il faut du temps, il en a eu. Roberto pense comme moi, l’animation offensive ce n’est pas qu’un trio. Il faut les mettre dans les meilleures conditions pour que ce soit performant. »

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles