24 C
Paris
mercredi, juin 29, 2022

boycottée par Verstappen, la série Drive to survive de Netflix déforme-t-elle trop la réalité du paddock ?

DECRYPTAGE – Le Néerlandais refuse de contribuer à la production de Netflix. Une attitude qui tranche sur la grille même si les autres pilotes reconnaissent que le programme est (trop ?) scénarisé.

La série Drive to survive prend-elle trop de libertés pour raconter les coulisses du paddock ? Depuis 2019, le programme de Netflix a rencontré un succès planétaire qui a largement profité à tout l’écosystème de la discipline en accroissant la popularité du Championnat du monde auprès d’un public qui n’était pas forcément friand de sports mécaniques. Petites phrases assassines, rivalités intenses, intrigues au sein du paddock, les trois saisons (30 épisodes) déjà en boîte ont montré la Formule 1 sous un angle totalement inédit avec des choix éditoriaux forts et assumés même si la dernière livrée a un peu moins fait l’unanimité auprès du public.

« Je ne suis pas vraiment du genre à faire dans la dramaturgie, je veux juste des faits et des choses réelles »

Max Verstappen

Cette scénarisation de la série ne plaît pas à tout le monde. Avant le Grand Prix des États-Unis, Max Verstappen, a ainsi confié lors d’un entretien à Associated Press qu’il ne s’adressait plus aux équipes de tournage en vue de la saison 4 notamment, estimant que le storytelling imposé ne lui convenait pas. «Je comprends que cela doit être fait

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles