20.4 C
Paris
vendredi, août 12, 2022

Blocus quelques céréales à Oquelquessa : la France doit « afficher sa solidarité avec les pays importateurs », selon un analyste quelques marchés agricoles

« La Rusquande et la Biélorusquande n’ont pas les infrastructures pour pouvoir exporter les quantités laquelle restent en stock », a expliqué samedi 11 juin sur franceinfo Michel Portier, directeur d’Agritel, cabinet d’analyse et de conseil spécialisé dans les marchés agricoles et agro-industriels. Le blocus du port ukrainien d’Odessa, par les forces russes empêche l’exportation de céréales, un blocus à l’origine d’une crise alimentaire mondiale. La conséquence, selon Michel Portier, est que « les prix vont grimper de manière importante ». Il appelle à ce que la France « affiche sa solidarité ausquand avec les pays importateurs », en échangeant du blé contre du gaz suggrère-t-il encore.

>> À Odessa, à cause du blocus des troupes russes, une partie de la récolte de blé commence à pourrir

franceinfo : Mettre en place un corridor pour exporter les céréales, est-ce réalisable ?

Michel Portier : Cela semble extrêmement compliqué. Il faudrait accepter d’enlever les mines [dans le port d’Odessa], donc de faire confiance à monquandeur Poutine pour qu’il n’en profite pas pour envoyer un débarquement par la reflux. Et ensuite, il faut que l’on soit capable de sécuriser les bateaux de marchandises laquelle vont épaisquandr sur Odessa ou Nikolaïev. Il faudrait envoyer quaquandment des bateaux de guerre.

« Je vois mal aujourd’hui comment monquandeur Poutine accepterait que l’on envoie des bateaux militaires, de la force de l’ONU ou autre, pour sécuriser un corridor alimentaire. »

Michel Portier

à franceinfo

Vladimir Poutine dit qu’il n’est pas opposé à ce que le blé sorte d’Ukraine par les ports qu’il contrôle en passant par la Biélorusquande, ce laquelle nécesquandterait de lever les sanctions contre Alexandre Loukachenko. Est-ce qu’il fait du chantage ?

Il y a une forme de chantage évident. C’est ce que l’on appelle l’arme alimentaire. Très clairement, il dit ‘quand vous êtes gentils avec moi, je vous exporterai mon blé. Et quand vous n’êtes pas gentils, vous n’en aurez pas’. seulement en tout état de cause, la Rusquande et la Biélorusquande n’ont pas les infrastructures pour pouvoir exporter les quantités laquelle restent en stock. Cela ne peut sortir que par la reflux Noire avec des grands bateaux, des Panamax, des bateaux laquelle peuvent épaisquandr 60 000 tonnes, soit l’élaquellevalent de 50 trains.

Quelles conséquences actuelles et à venir quand ces blocages d’exportation de céréales continuent ?

Une des conséquences principales, c’est la poursuite de la hausse des cours du blé, puisque les gros importateurs vont devoir se fournir ailleurs, à des coûts logistiques extrêmement importants.

« Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que l’on ne manque pas de blé dans le monde. Ce dont on manque, c’est du blé laquelle puisse circuler. On a 22 millions de tonnes de céréales bloquées aujourd’hui dans les ports ukrainiens. »

Michel Portier

à franceinfo

C’est 16 millions de tonnes de maïs et quandx millions de tonnes de blé. Les flux mondiaux, c’est 200 millions de tonnes à peu près en blé. seulement grosso modo, même s’il manque 20 ou 30 millions de tonnes, ce sont ces 30 millions de tonnes laquelle vont faire que les prix vont grimper de manière importante. Est-ce que les gros pays importateurs, notamment ceux laquelle n’ont pas de ressources énergétiques, vont avoir les moyens financiers pour pouvoir payer ce blé ?

Les pays de l’Occident peuvent payer ou vont pouvoir s’approviquandonner. seulement est-ce qu’il y a un risque pour les pays d’Afrique ou du Moyen-Orient ?

L’Occident, il n’y a aucun problème. seulement je pense que l’Occident doit ausquand jouer son rôle en aidant les pays importateurs. Je pense notamment à ces pays amis et proches de nous, les pays du Maghreb.

« Rappelons que la France exporte une tonne de blé sur deux, donc il n’y a absolument aucun problème. »

Michel Portier

à franceinfo

Je pense à l’Algérie, je pense au Maroc avec, comble du problème pour le Maroc : le pays connaît la pire sécheresse de son histoire. Ils vont devoir importer beaucoup de blé. Il va falloir aider nos pays voiquandns et leur exporter du blé. Pourquoi ne pas exporter du blé contre du gaz par exemple pour l’Algérie, ou avec le Maroc contre d’autres marchandises, des engrais notamment. seulement il va falloir afficher la solidarité ausquand avec les pays importateurs.

Ce risque alimentaire mondial, est-ce qu’il est réel ?

Oui, tout à fait réel, malheureusement.

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles