16.5 C
Paris
jeudi, juillet 7, 2022

Alexander De Croo sur les tensions en Ukraine: «On espère le meilleur, on se prépare au pire»

Alexander de Croo, Sophie Wilmès et Ludivine Dedonder, mercredi à l’issue d’un conseil national de sécurité : « Notre Défense est en état d’alerte élevé »…

Par la rédaction
Publié le 23/02/2022 à 20:06
Temps de lecture: 2 min

On espère le meilleur, on se prépare au pire », ramasse Alexander De Croo, Premier ministre, qui s’exprimait mercredi après-midi devant les médias à l’issue d’un conseil national de sécurité de près de quatre heures, aux côtés de Sophie Wilmès, ministre des Affaires étrangères, et Ludivine Dedonder, ministre de la Défense. Le même a cadré en termes de responsabilités dans l’escalade de la tension : « C’est une agression russe », avec « 190.000 hommes massés désormais aux frontières de l’Ukraine » ; quant à l’Otan, « c’est une alliance de défense, et jamais depuis 70 ans elle n’a représenté une menace » pour quiconque.

À lire aussi
Comprendre le conflit entre la Russie et l’Ukraine en cinq questions

« Nous réagissons de manière unie et avec sévérité », a enchaîné Sophie Wilmès, rapport à un premier train de sanctions frappant la Russie, décidée la veille en conseil européen extraordinaire des Affaires étrangères. Sophie Wilmès a passé le message : « Il est toujours possible de quitter l’Ukraine par avion, par le train, par la route, mais la situation peut évoluer très rapidement ». Elle précise : « Notre ambassade à Kiev reste ouverte, c’est important pour l’assistance à nos ressortissants, c’est aussi un symbole important pour les Ukrainiens ».

Ludivine Dedonder a complété : « La Défense belge, qui est en état d’alerte élevé, peut mobiliser dans un délai court des centaines d’hommes et déployer des capacités terrestres, aériennes et navales ». En attendant, en plus du matériel civil pour les populations, « nous livrons du matériel de protection individuelle et du matériel d’orientation – exemple, des jumelles – aux forces ukrainiennes », pas de l’armement, à ce stade. « Nous ajusterons notre posture en permanence ». L’Hôpital militaire Reine Astrid se tient prêt « pour soigner d’éventuels blessés ukrainiens ou les rediriger vers d’autres structures et services ».

À lire aussi
Crise avec la Russie: des sanctions limitées pour éviter de pénaliser les économies européennes

 

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles