23.1 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

À Ponthierry, la ville espère la reconversion d’une usine en friche depuis quarante ans

REPORTAGE – Depuis la fermeture en 1982, cette usine reste plantée, inutile, sur les bords de Seine. Grâce à la manne du plan de relance, la ville pense enfin tenir la solution.

Maurice-Isidore Leroy. Un discret héros de Tintin? Non, l’ex-grand homme de Saint-Fargeau-Ponthierry, à 40 kilomètres de Paris. L’homme d’affaires fut le maire de cette pimpante commune de Seine-et-Marne de 1912 à 1929. Surtout, il y implanta l’entreprise de papiers peints fondée quelques décennies plus tôt, à Paris, par son grand-père, l’inventeur de «la machine à imprimer 26 couleurs». La construction, juste avant la Première Guerre mondiale, de cette usine ultramoderne en briques, béton, acier et pierres meulières, entraîna le décollage industriel de la ville, qui avait jusque-là vécu de la vigne.

Dans ces grandes heures, la maison Leroy, première d’Europe pour les papiers peints, employa jusqu’à 1000 salariés. Puis vint la crise pétrolière, la concurrence internationale… le déclin et la fermeture en 1982. L’affaire est si ancienne que la ville ne compte plus qu’une poignée d’ex-salariés de la fabrique, souvent nonagénaires. En revanche, l’usine plantée sur les bords de Seine, tout comme

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles