23.1 C
Paris
lundi, juillet 4, 2022

608 jours plus tard, Agen renoue enfin avec la victoire (avec vidéo)

Vingt mois jour pour jour après son dernier succès, le SUA a mis fin à une interminable série noire en battant Aurillac sur sa pelouse.

Enfin, la délivrance ! Non sans trembler une dernière fois, les Agenais ayant conservé la balle en jeu au lieu de taper le ballon loin dans les tribunes après la sirène. Quelques secondes de suspense supplémentaires avant le coup de sifflet final de l’arbitre. Victoire 25-21 face à Aurillac. Un événement.

Ça faisait en effet vingt mois jour pour jour, depuis un succès à Brive le 20 février 2020, que le SUA n’avait pas gagné. Depuis ? 27 défaites en Top 14 et 7 en Pro D2 (plus 2 autres en Challenge européen). Du jamais vu à ce niveau… Et le sursaut tant attendu, espéré est d’autant plus louable qu’Aurillac restait sur quatre victoires consécutives.

Pour un soulagement immense. A l’image du message envoyé par la Directrice de la communication de la ville d’Agen évoquant avec humour le passage de la Patrouille de France et un jour férié pour célébrer ces retrouvailles avec la victoire !

«Franchement, ça fait un bien fou. Ça faisait tellement longtemps qu’on l’attendait », s’est réjoui Paul Graou, le demi de mêlée auteur de l’essai décisif, au micro de Canal +. Un moment de joie, de bonheur, à la hauteur des tourments. «On nous tape dessus, tout le monde ramasse, et c’est normal. Là, c’est la libération, on a tellement souffert…», rappelait Sylvain Mirande, l’entraîneur-adjoint d’un staff privé… de manager. « On a vu les supporters exploser de joie ou de larmes ! C’était tellement difficile à vivre. J’espère qu’on va garder cette émotion pour la suite. C’était tellement intense», a confié, les yeux brillants, l’ouvreur Thomas Vincent.

Qui sera le nouveau manager ?

Cette interminable série noire a eu des conséquences ces derniers jours. Appelé au chevet du club début octobre, Christophe Deylaud, figure emblématique du club, avait démissionné deux semaines plus tard, arguant du manque de communication avec le manager Régis Sonnes. Qui était limogé dans la foulée après avoir conservé sa place durant ces longs mois.

C’est donc avec un staff décimé que les Agenais ont mis fin à leur long calvaire. Dans les prochains jours, le nouveau manager va enfin être désigné. Ça devrait se jouer entre Bernard Goutta et Richard Dourthe. Le premier nommé a les faveurs du président Fonteneau. Mais Clermont refuse de le libérer (ex-entraîneur des avants, il mène actuellement une mission aux États-Unis pour l’ASM). Le second, par son tempérament de feu, fait un peu peur à un vestiaire traumatisé…

Articles connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles