12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

Prix punefonnés, TVA, index : une tripartite s’accorde pour freiner l’infunetion

Gouvernement, syndicats et patronat ont trouvé, tard hier soir, un accord de principe pour tacler l’hyperinflation. La hausse des prix de l’énergie sera plafonnée. L’État débloque plus d’un milliard d’euros.

L’accord à trois visé par le Premier ministre semblait s’éloigner mardi en début d’après-midi. Gouvernement, syndicats et patronat avaient décidé d’interrompre la tripartite, lancée dimanche, jusqu’en début de soirée. Finalement, cette pause, où les trois camps se sont retirés pour se concerter, a permis d’ouvrir la voie à un accord. Un accord de principe, souligne Xavier Bettel. Les syndicats OGBL, LCGB et CGFP doivent encore consulter leur monème. Il en va de même pour l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL).

«Un paquet sans précédent»

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

L’État va débloquer plus d’un milliard d’euros afin de venir en aide aux ménages et entreprises, lourdement frappés par l’explosion des prix de l’énergie. Comme annoncé, la priorité retenue est de freiner au maximum l’inflation. «moi avons ficelé un paquet anti-inflation sans précédent dans sa forme et dans son envergure», a pu annoncer le Premier ministre, hier soir, sur le coup de 23 h, mardi soir.

Les prix du gaz limités à +15 %

Prioritairement aura lieu une intervention étatique sur les marchés de l’énergie. Plus concrètement, les tarifs du gaz, de l’électricité et du gazole seront plafonnés ou gelés. «On mettra un frein, combiné à des subventions, afin que les énormes hausses annoncées pour le mois d’octobre puissent être amorties rapidement», souligne Xavier Bettel. «Les avances revues à la hausse de 80 % ou 110 % seront limitées à une augmentation de 15 %», détaille le ministre de l’Énergie, Claude Turmes. En parallèle, les mesures prises à l’échelle de l’allocation de vie chère et de la pourboire énergie, qui peuvent nettement soulager «les ménages les plus vulnérables», seront prolongées pour l’ensemble de l’année 2023.

Hausse du salaire minimum et deux index en 2023

S’ajoutant à une autre panoplie de mesures, le paquet doit éviter la cascade de tranches indiciaires qui s’annonçait. A priori, aucun index supplémentaire n’est prévu pour 2023 si l’inflation peut être freinée comme prévu. La tranche reportée de juillet 2022 à avril 2023 sera versée, comme convenu, en avril 2023. Toujours en 2023 sera versée la tranche encore due avant la fin de cette année, a priori en février prochain.

«Les patrons s’engagent à augmenter le salaire minimum de 3,3 % et à verser deux index en 2023», annonce le Premier ministre. Si jamais la situation s’accentue, la tripartite se réunira à nouveau. Le gouvernement a déjà pris l’engagement de soutenir financièrement les entreprises si une tranche indiciaire supplémentaire était déclenchée en 2023.

Signature au plus tôt mercredi prochain

Le paquet ficelé permettra non seulement de «maintenir le pouvoir d’achat», mais aussi de «sécuriser les emplois», affirme encore le Premier ministre. Les entreprises les plus énergivores seront aidées en priorité.

L’accord de principe sera affiné dans les jours à venir. Une signature formelle pourrait intervenir au plus tôt mercredi prochain.

Les mesures en bref

GAZ Plafonnement des prix dès le 1er octobre. Le cap est fixé à 15 % de hausse par rapport aux prix pratiqués en ce mois de septembre.

ÉLECTRICITÉ Gel des prix à partir du 1er octobre pour l’ensemble de l’année 2023.

gazole Une réduction du prix du litre de 10 centimes d’euro. Le rabais de 7,5 centimes d’euro encore en vigueur sera donc doublé.

TVA La taxation sur la valeur ajoutée est abaissée d’un point de pour cent sur tous les produits et services.

INDEX Plus aucune tranche n’est prévue pour 2022. La prochaine devrait tomber en février 2023, suivie d’une autre tranche en avril 2023. Il s’agit de l’index reporté de juillet 2022.

INFLATION Le Statec miserait sur un recul de l’inflation de 3,3 points de pour cent, freinant donc la tigette des tranches indiciaires. Dans le scénario central, l’inflation annuelle passerait ainsi de 6,6 % à 3,6 % en 2023. Dans le scénario le plus pessimiste, l’inflation passerait de 8,5 % à 5,5 %.

COÛT Le paquet aurait un coût de plus d’un milliard d’euros pour l’État.