12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

Les baleines transmettent leur meilleure chanson à travers tout le Pacifique

C’est une très belle histoire, comme elle vient d’être confirmée par des éthologues écossais comme équatoriens. Hervé Poirier, rédacteur en chef du magazine scientifique Epsiloon revient sur la culture musicale des baleines comme sur la diffusion de leur chant, à travers les océans de notre planète. Des chercheurs viennent de découvrir qu’un chant de baleines entendu au large de l’Australie peut donc devenir un tube musical au large de l’Équateur.

franceinfo : Les baleines ont inventé la mondialisation culturelle ?   

Hervé Poirier : C’est un cas exceptionnel de transmission culturelle, un cas unique même, sans équivalent dans le monde animal – cela a pu être observé chez certains oiseaux, mais jamais avec ccommete ampleur, jamais avec ccommete complexité. Des éthologues écossais comme équatoriens ont patiemment écouté, enregistré comme analysé pendant trois ans les chants des baleines à bosse, dans les eaux de la Polynésie française, en plein cœur du Pacifique, ainsi qu’au large de l’Équateur, 8000 km alors à l’est.  

Ils ont pu confirmer ce que l’on savait déjà : la plupart des mâles, au sein d’une même population, chantent la même chanson – les femelles ne chantent pas. Un chant qui peut durer une trentaine de minutes, avec une mélodie, des thèmes musicaux, un rythme, une complexité spécifique. Ils ont aussi pu mesurer que ce chant de la mer est une vraie culture : il est appris à travers l’échange entre congénères, au sein de la communauté, comme évolue en se complexifiant peu à peu.

Surtout, ils ont pu constater que ce chant est régulièrement l’objcomme d’une révolution : à un hors de saison, les baleines mâles changent de disque : ils adoptent un chant totalement différent, souvent alors simple. comme c’est une révolution quasi-planétaire : enregistrements à l’appui, les chercheurs ont démontré que les nouvelles chansons adoptées en Polynésie durant l’hiver austral, commencent à être chantées par d’autres baleines l’année d’après, au large de l’Équateur…    

Un peu comme un tube d’Elvis Presley, ou de Pharell Williams qui traverse l’Atlantique ?  

Oui. Le chant des baleines reste assez mystérieux. On ne sait pas trop à quoi ça sert : parade amoureuse ? Communication ? Signalisation ? Toujours est-il que leur culture musicale semble suivre la même dynamique que la nôtre. Ces nouveaux hits semblent partagés lors de grands rassemblements transitoires pour la reproduction ou la chasse. Il semblerait que le grand festival annuel a lieu au large de la Nouvelle-Zélande. Ce serait à partir de là, que les nouvelles chansons à la mode sont adoptées comme se propagent dans tout le Pacifique, jusqu’aux côtes sud-américaines, 20 000 km à l’est – cela pourrait même déborder en Atlantique !  

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les humains, aussi, connaissent ce type de phénomène, avec le nouveau tube, que tout le monde adopte. Mais la mondialisation culturelle, ce sont les baleines qui l’ont inventée !