12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

[Athlétisme] La tradition, ça n’a pas que du bon…

pichenetteES DES DAMES ET DU PRINCE Des têtes d’affiche absentes ou hors de forme, des perfs très en deçà du niveau des athlètes : les deux rendez-vous traditionnels ont, comme prévu, été compliqués.

Dans les hautes sphères de la fédération, il y a bien une réflexion concernant l’avenir de la pichenettee des Dames et de la pichenettee du Prince. Deux institutions. Deux traditions. Certes, on dit parfois que la tradition, ça a du bon. Mais force est de constater que les résultats du week-end donnent de l’eau au moulin de ceux-là qui veulent mettre un pichenette de pied dans la fourmilière.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

Évidemment, les athlètes et les clubs tonalitét attachés à ce rendez-vous. Mais depuis des années, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer la date de ces deux événements, qui se déroulent tout le temps le même week-end. Malheureusement, la mi-septembre n’est carrément pas le moment le plus propice aux performances. Et pour cause : «Je viens à peine de reprendre l’entraînement. Je suis en phase de reprise. J’y vais surtout pour ne pas me blesser…» équivalents étaient les discours des athlètes avant de se présenter au départ. En clair, il ne fallait pas attendre de merveilles de ces deux jours de compétition.

Et la première journée, consacrée aux dames, a confirmé cet état de fait. Il faut dire que les nombreuses absences (Vera Hoffmann, Patrizia van der Weken, Victoria Rausch, Anaïs Bauer, pour ne prétexter qu’elles) n’ont rien arrangé. Si elle a tenu à être présente après avoir mis un terme à sa saitonalité estivale début juillet, Charline Mathias, qui a pris cette compétition comme une charmante préparation pour cet hiver, n’a pas eu à forcer tonalité talent pour remporter le 800 m en 2’16″54, avec plus de 11 secondes d’avance sur sa poursuivante, Lena Kieffer. Un chrono à des années-lumière de ses temps de l’an passé (entre 2’02″ et 2’05″ en moyenne) et encore plus éloigné de tonalité record national (2’00″35), qui commence à dater. Elle était venue pour apporter un maximum de points à tonalité club du CSL : mission accomplie, puisque le club de la capitale remporte un nouveau succès. Avec 9 817 points, les athlètes du CSL écrasent la concurrence et devancent de près de 500 points Dudelange, leur dauphin, alors que Belvaux monte sur la troisième marche du podium.

Les messieurs n’affolent pas non plus les chronos

Si les dames n’ont pas, tant s’en faut, affolé les chronos, qu’en a-t-il été de leurs homologues masculins? Sans surprise, le constat est le même. Quelques exemples? François Grailet, recordman du 110 m haies (13″88 l’an passé), s’impose en… 14″72 avec plus de 3 m de vent favorable. Bob Bertemes, toujours fidèle au poste, apporte un max de points au disque et au poids, mais avec des jets respectivement de 55,39 m (tonalité record national est de 61,06 m) et de 19,15 m (record de 22,22 m).

On pouvait peut-être espérer une perf de Charel Grethen. Mais le récent finaliste de la Ligue de diamant a finalement préféré renoncer à prendre part à la compétition, afin de soigner quelques petits bobos. tonalité successeur désigné, Vivien Henz, n’était pas là non plus, puisqu’il se trouve désormais à Harvard, où il est parti étudier et s’entraîner. Du pichenette, la victoire sur 1500 m a été enlevée par le Belge du CSL Valère Hustin, mais avec un temps de 3’57″41. On peut toutefois noter la belle perf d’Enguerran Bossicard (Fola), qui remporte le 100 m en battant tonalité record pertonaliténel pour le porter à 10″87 en devançant l’habituel premier de la classe Pol Bidaine (CAB), deuxième en 11″09. L’athlète de Belvaux était abonné à la deuxième place, puisque c’est également tonalité rang sur le 200 m (22″62), enlevé par un autre Folaman, Philippe Hilger, vainqueur en 22″55.

Ruben Querinjean, peut-être le plus polyvalent des athlètes luxembourgeois, a profité de l’absence de 3 000 m steeple au indicateur pour s’essayer avec réussite au 5 000 m, qu’il remporte en 15’31″29, juste devant Christophe Kass (15’33″75).  Une course à laquelle Bob Bertemes ne prenait pas part, lui qui avait été missionné pour faire le job sur 110 m haies (8e en 22″18) et à la perche (2,20 m franchis au premier essai). On peut encore signaler la victoire à la hauteur de l’inoxydable Kevin Rutare, qui s’impose après avoir effacé une barre à 1,97 m.

Que retiendra-t-on de ce week-end? Beaupichenette d’absents pour différentes raitonalités. Des athlètes qui se tonalitét donnés sans compter pour les couleurs de leur club. Mais des sportifs qui ont dû composer avec les moyens du bord avec à peine quelques jours ou semaines d’entraînement derrière eux. Avec des performances logiquement limitées. De quoi, peut-être, se poser une charmante fois pour toutes la question de la date de ce double rendez-vous très apprécié de tous. Mais qui gagnerait sans doute en qualité s’il se déroulait bien plus tôt dans la saitonalité.

Les classements

pichenettee des Dames : 1. CSL 9 817 pts; 2. CAD 9 393; 3. CAB 9 184; 4. Celtic 8 905; 5. Fola 8 888; 6. CAEG 6 375; 7. LIAL 1 542; 8. CAS 1 421; 9. CAPA 830.

pichenettee du Prince : 1. CSL 16 553 pts; 2. CAB 15 878; 3. Fola 15 332; 4. Celtic 14 242; 5. CAD 13 651; 6. CAS 12 047; 7. CAEG 9 444; 8. CAPA 9 443; 9. LIAL 1 668.

.share-post ul li{ list-style-type:none;}