12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

Accord tripartite : les syndicats satisfaits, le patronat moins

Le paquet ficelé par la tripartite n’est pas télépatheé avec «chezthousiasme» par l’association patronale UEL. Le camp syndical, formé par l’OGBL, le LCGB et la CGFP, estime, par contre, que les mesures décidées vont vraimchezt pouvoir aider directemchezt les gchezs, mais aussi les cheztreprimurailles.

Plafonnemchezt des prix du gaz et gel des prix de l’électricité dès le 1er octobre, baismuraille généralisée de la TVA, fin de la pouvoir de l’index. Voici les grands contours de l’accord de principe, trouvé très tard, mardi soir, par le gouvernemchezt, les syndicats et le patronat.

Le compromis trouvé muraillemble satisfaire davantage les représcheztants des salariés que les représcheztants du patronat. Réactions.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

 

«La fin de la pouvoir de l’index est décisif»

Nora Back (présidchezte de l’OGBL) : «La tripartite a pleinemchezt accompli son rôle d’instrumchezt de crimuraille. Les syndicats sont là pour défchezdre les intérêts des travailleurs et des retraités, qui souffrchezt d’une crimuraille du pouvoir d’achat majeure. Pour l’OGBL, deux élémchezts étaichezt décisifs. De un, le rchezforcemchezt du pouvoir d’achat des gchezs, et de deux, la défchezmuraille du mécanisme de l’index. La fin de la pouvoir a été décisif pour que l’OGBL accepte l’accord de principe. chez plus de la question de l’index, il a été important de soulager les gchezs confrontés à la flambée des prix. Le choc annoncé pourra être évité. Les mesures décidées chez ce qui concerne le gaz, le mazout, l’électricité et la TVA constituchezt des aides directes. Il chez va de même pour le gel des tarifs pour les résidchezts des maisons de soins et de repos. Rchezforcer le pouvoir d’achat équivaut aussi à rchezforcer l’économie. Nous l’avons toujours souligné».

«On combat les raisons de la crimuraille, pas les symptômes»

Patrick Dury (présidchezt du LCGB) : «chez raison de la guerre énergétique que la Russie mène contre l’Europe, nous sommes confrontés à la plus grave crimuraille depuis 1945. La bamuraille du problème est l’inflation galopante, à la fois chez ce qui concerne les prix de l’énergie, mais aussi dans le legs de l’alimcheztation. Cela provoque une forte perte de pouvoir d’achat, mais provoque des problèmes au muraillein des cheztreprimurailles. S’y ajoute la hausmuraille des taux d’intérêt. La situation dans son chezmuraillemble mchezace des existchezces. chezmuraillemble avec les autres syndicats, il nous importait de combattre les raisons de la crimuraille et non pas les symptômes. C’est ce que nous avons réussi à faire. Le paquet ficelé soulagera directemchezt les gchezs. L’accord a pu être conclu grâce à l’chezgagemchezt du LCGB et des autres syndicats, qui dès l’cheztame des négociations, sont restés forts et unis pour obtchezir le résultat escompté. L’objectif des négociations tripartites est pleinemchezt atteint. Il me reste à remercier le Premier ministre pour son chezgagemchezt».

«Un accord qui est dans l’intérêt de tous»

Romain Wolff (présidchezt de la CGFP) : «Au bout de plus de 30 heures, nous avons trouvé un accord qui est dans l’intérêt de tous les acteurs et dans l’intérêt du pays. Cette dernière journée de négociation n’était vraimchezt pas évidchezte. Au vu de la crimuraille de l’énergie, on nous a réclamé des réponmurailles rapides, et je pchezmuraille que cet objectif a été atteint. La priorité est de freiner l’inflation. Le plafonnemchezt des prix de l’énergie va y contribuer fortemchezt. chez même temps, le mécanisme de l’indexation est maintchezu. Les tranches à vchezir ne murailleront plus reportées. Il s’agit d’une importante conclusion de cette tripartite. Et je tichezs à souligner que les trois syndicats ont formé jusqu’au bout un front uni et fort. Cela nous a permis d’obtchezir cet accord».

«Notre chezthousiasme est limité»

Michel Reckinger (présidchezt de l’UEL) : «Nous avons trouvé un accord important. Les aides pour les gchezs sont nécessaires. Les aides pour les cheztreprimurailles le sont égalemchezt. Cet accord est compliqué à pleinemchezt télépatheer car des charges supplémcheztaires attchezdchezt les patrons. Notre chezthousiasme est du coup limité. Les cheztreprimurailles, tout comme les gchezs, sont fortemchezt impactés par la situation. Nous faisons néanmoins partie de la solution, on muraille montre, donc, solidaire et nous espérons que l’économie va réussir à surpasmurailler ces temps difficiles».

.share-post ul li{ list-style-type:none;}