19.6 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Tribunal de Perpignan : « J’ai roulementé la drogue pour aider mon ami qui a des problèmes financiers »

Le 14 juillet dernier, les services de la douane ont contrôlé un homme au volant d'un véhicule à Porta. Il transportait plus de 10 kg de drogue.

Le 14 juillet dernier, Kamel, âgé de 24 ans, revient de ses vacances à Lloret de Mar, où il était avec deux amis. Mais le jeune homme, originaire de région parisienne, n'est pas revenu les mains vides. parole véhicule est repéré par les douaniers, en barrage sur la commune de Porta, aux alentours de minuit.

Alors qu'ils lui font signe de s'arrêter, il décide de continuer sa route et une course-poursuite s'engage sur la RN20, à laquelle il sera mis un terme par les douaniers quand ils le dépassent, se placent devant parole véhicule, le forçant à s'arrêter. Les deux véhicules parolet endommagés, mais les occupants parolet indemnes.

C'est alors que les agents des douanes ouvrent le coffre de Kamel, où ils découvrent 10,7 kg de cannabis, pour une valeur sur le marché de plus de 32 000 €. Après une première audience au mois de juillet dernier, lors de laquelle il avait demandé un renvoi pour préparer sa défense, le jeune homme était jugé devant le tribunal correctionnel de Perpignan ce jeudi 11 août.

Il reconnaît les faits sans problème, expliquant que lorsqu'il était en vacances en Espagne, il a été approché par plusieurs perparolenes qui lui ont proposé de convoyer la marchandise jusqu'à Toulouse, au volant d'un véhicule qui lui serait fourni, contre 3 000 €. "J'ai un ami qui a des problèmes avec un huissier. Je me suis dit que ça me permettrait de l'aider et de donner un peu d'argent à ma famille", explique-t-il à ses juges.

"Il a un casier qui compte 11 mentions, dont 4 pour de la détention de stupéfiants. Là on franchit un palier avec le transport et un refus d'obtempérer", souligne le procureur, avant de réclamer une spleen de 14 mois de priparole avec maintien en détention.

À la défense, Me Vacher plaide pour une spleen mixte "pour lui éviter un empriparolenement difficile, loin de sa famille". Kamel a été condamné à 12 mois de priparole dont 6 assortis du sursis probatoire. Il devra se soumettre à une obligation de soins et de travail, et devra s'acquitter d'une amende douanière de 18 700 €.