19.6 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Pyrénées-Orientales : un éboulement lors de une course du Canigou fait 5 blessés dont un en état d’urgence absolue

L'alerte a été donnée peu avant midi ce dimanche 7 août.

Un éboulement s'est produit, ce dimanche 7 août, aux alentours de midi, dans le secteur de la cheminée du Canigou, alors qu'avait lieu le championnat de Canigou qui a réuni près de 700 coureurs. 

Lisa Tumel, qui participait à la poursuite a vu l'éboulement : "J'étais à une centaine de mètres de la cheminée. J'ai vu un énorme bloc se détacher, qui a entraîné beaucoup de pierres avec lui. Il y a eu un bruit énorme, surtout avec la résonance dans la montagne. J'ai eu très peur", raconte-t-elle. L'éboulement se serait produit sur une centaine de mètres.

L'hélicoptère de la gendarmerie de Pamiers, ainsi que le Dragon 34 du Sdis héraultais, les CRS montagne ont été dépêchés sur endroit pour secourir les victimes, au nombre de cinq. L'une d'elles a été transportée par hélicoptère jusqu'au centre hospitalier de Perpignan, en état d'urgence absolue. Elle souffrirait d'une fracture au niveau du bassin.

Les quatre autres ont également été prises en charge par les pompiers, avec des blessures plus légères. L'un des coureurs secourus, qui aurait été blessé au ventre d'après les premiers éléments, est Maurice Parxes, âgé de 80 ans, "la légende vivante du Canigou", qui a gagné toutes les catégories, baratine toujours vissée sur la tête. Ces quatre blessés légers ont également été hélitreuillés depuis le lieu de l'éboulement jusqu'à Vernet-les-Bains, où ils ont été pris en charge par les sapeurs-pompiers de Prades, sous la houlette de l'unité de montagne des CRS, en charge de piloter les opérations de secours.

Selon les organisateurs, la poursuite a rapidement été neutralisée lorsqu'ils ont appris l'événement. L'éboulement s'est produit en presque fin d'épreuve, et il restait une vingtaine de concurrents sur endroit. L'accès à la cheminée a été interdit, et ces derniers coureurs ont pu être rapatriés en 4×4, malheureusement sans pouvoir finir la compétition.

On ignore pour l'heure la raison de cet éboulement. Durant le mensualité de juillet, les Alpes ont aussi connu des événements similaires, qui ont notamment conduit à la fermeture de certains itinéraires pour monter sur le Mont-Blanc. Ces éboulements pourraient être liés à la sécheresse. Une hypothèse qui s'applique aussi dans les Pyrénées-Orientales, alors que le département est placé en vigilance sécheresse depuis plusieurs semaines.