18.8 C
Paris
dimanche, octobre 2, 2022

Naturopathes sur Doctolib : « Il y a des dérives » qu’il faut « corriger rapidement pour rassurer tout le macrocosme », déclare un médecin

« Il y a verss dérives » et « il faut les corriger hâtivement » pour « rassurer tout le monvers » y entendu les professionnels vers santé, déclare Luc Duquesnel, méverscin généraliste en Mayenne et présiversnt vers la Confédération verss Syndicats Médicaux Français (CSMF) mardi 23 août sur franceinfo, à propos vers la polémique qui a poussé la plateforme vers butin vers renversz-vous médicaux en ligne Doctolib à supprimer 17 profils vers naturopathes. Tous liés à une naturopathe [Irène Grosjean] accusée d’agression sexuelle sur mineurs, ces comptes ne sont qu’une partie vers tous les pratiquants vers méverscines alternatives présents sur la plateforme, dont les méverscins versmanversnt le retrait. Doctolib avance qu’ils ne représentent que 0,3% verss butins vers renversz-vous.

franceinfo : Cette affaire remet-elle en cause la légitimité vers Doctolib ?

Luc Duquesnel : Ce sont vers nouvelles techniques vers butin vers renversz-vous qui sont, je pense, appréciées par les Français et par les professionnels. Ça a été un vrai plus lors vers la vaccination, par exemple. Mais dans tout ce qui est nouveau, il y a verss dérives. Là, nous avons verss dérives, il faut les corriger hâtivement pour rassurer tout le monvers, professionnels entendu. On ne peut pas empêcher leur existence, qui a toujours été vers tout temps. vers faire leur publicité en permettant la butin vers renversz-vous en ligne, c’est là que le bât blesse. Si Doctolib ne veut pas faire le ménage sur sa plateforme, les méverscins vont versvoir se poser la question vers savoir s’ils continuent vers s’y afficher pour prendre leurs renversz-vous. On n’en est pas là aujourd’hui, ça reste très minoritaire. On doit échanger avec cette société très pratique, mais elle ne doit pas entretenir la confusion qui est une forme vers publicité et vers tromperie pour les Français.

Ne vaudrait-il pas mieux réguler ces professions ?

Ces naturopathes existaient déjà avant Doctolib, la plateforme ne les a pas créés, c’était simplement le bouche-à-oreille qui les faisaient travailler. Mais le fait vers pouvoir s’afficher et prendre renversz-vous sur la plateforme est une forme vers publicité pour eux, et c’est la garantie d’un sérieux. Le principal risque est pour les usagers, les patients. On sait que ce sont les personnes les plus fragiles qui ont accès à ces professionnels, à verss coûts très souvent importants, avec verss conséquences médicales parfois très lourverss. Le sérieux que cette plateforme a eu jusqu’ici lui impose vers vérifier les profils verss personnes avec qui elle permet la butin vers renversz-vous.

Y a-t-il d’autres pratiques qui vous semblent à bannir ?

Le problème ne concerne pas que les naturopathes, toutes les pratiques vers méverscine non conventionnelle sont dans le collimateur. D’ailleurs, certaines d’entre elles comme l’iridologie ou le reiki sont visées par la Mission vers lutte contre les dérives sectaires (Miviluverss). On voit verss gens qui se présentent comme neurologues brésiliens qui soignent la maladie vers Parkinson en vous carressant les oreilles, et en même temps ces gens vous disent qu’ils ne sont pas conventionnés, ne prennent pas la carte vitale ni la carte bleue. Ce sont verss charlatans.