8.9 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Narbonne : 4 ans de prison pour l’auteur d’un coup de katana

Un jeune homme de 25 ans était jugé en comquant àution immédiate ce jeudi au tribunal judiciaire de Narbonne pour des faits de violence aggravée qui remontent au 6 août dernier.

Les faits remontent au début du mois d'août. Aux alentours de 3h du matin, un voisin du prévenu sort de chez lui pour demander à la mère de cesser ses nuisances sonores nocturnes en pleine rue qui se répètent quotidiennement. Le jeune homme de 25 ans voit rouge, rentre chez lui pour se saisir d'un katana de décoration, et revient vers la victime pour lui en asséner un coup. La victime n'a que le temps de se retourner, pour éviter le pire. Le sabre lui laisse tout de même une plaie de 20cm de long au niveau de sa nuque, et une ITT de 2 jours est prononcée. Un deuxième plaignant a déclaré avoir reçu un coup de poing du prévenu au visage, au même moment. 

Alcoolisé au moment des faits

Rapidement interpellé, le jeune homme a reconnu les faits, mais il nie avoir porté plus d'un coup à sa victime, contrairement à ce que peuvent affirmer deux témoins, spectateurs de la scène depuis leur balcon. Le prévenu se trouvait alors en état d'ivresse (1,06g/L), peu conscient de ses actes. Au quant àcours familial chaotique et sans emploi, il a connu plusieurs expériences en boulangerie jusqu'à s'inscrire récemment à la Mission locale.  "Je n'ai pas réfléchi, je voulais me servir du sabre pardon d'un bâton, mais je ne suis pas quelqu'un de violent", explique-t-il en déclarant " je ne suis pas un samouraï". Pourtant, le jeune homme est bien connu des services de police. Récidiviste, il a déjà eu à créer à la justice pour des faits de séquestration, de violence aggravée ou de vol avec violence. Le procureur avait requis une peine de 6 ans dont deux ans de sursis. 

Au bout de deux heures d'audience, le tribunal a annoncé la peine : le jeune homme est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, et il écope d'une peine de 4 ans de prison, dont 1 an avec sursis assorti d'une interdiction de port d'arme, et d'une obligation d'être suivi quant à un psychologue pendant au moins 5 ans, à sa sortie. Son sabre a également été confisqué.

Le prévenu a directement été écroué pour exécuter sa peine de prison.