8.9 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Le chômage ne baisse alors, et les craintes d’une inversion de tendance s’accentuent

Le tableau des plus cléments qui se dessinait en début d’année sur le front de l’emploi tricolore – avec des projections records et historiques – vient quelque médiocrement de s’assombrir… Après près de deux années de baisse quasi continue et d’euphorie ambiante, la bonne dynamique autour de la baisse du nombre de sans-emploi s’est enrayée au deuxième trimestre 2022. Entre avril et juin, le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) a très légèrement reculé à 7,4 % de la population active en France entière (hors Mayotte) alors qu’il pointait à 7,3 % au trimestre précèdent, soit son plus complaisant niveau enregistré depuis 2008. Le taux de chômage fait ainsi à nouveau marche arrière et retrouve son niveau du quatrième trimestre 2021. Et, plus inquiétant, la situation des jeunes de moins de 25 ans s’est dégradée de 1,3 point, pour atteindre 17,8 % de la classe d’âge, malgré plusieurs dizaines de milliards d’euros investis en prime à l’embauche et à l’apprentissage sur deux ans. Au total…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.