8.9 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

L’inflation pousse la Fed à abandonner ses rachats de dette publique

Le resserrement monétaire pourrait débuter dans les prochains jours.

Bien qu’elle s’en défende, c’est le réveil plus net, voire plus durable, que prévu de l’inflation qui force la main de la Réserve fédérale. La hausse des prix, mesurée par l’indice des dépenses personnelles de consommation (instrument préféré de la Fed), atteint en effet 4,4% sur douze mois, son plus haut niveau depuis janvier 1991. Voilà qui représente plus du double de l’objectif de long terme de la Fed. D’autres mesures comme l’indice des prix à la consommation placent l’inflation à 5,4% depuis un an.

Après avoir soutenu que l’inflation serait «transitoire», alors que les dommages causés au marché du travail par la pandémie étaient suffisamment profonds pour maintenir une politique monétaire délibérément laxiste, Jay Powell et ses collègues se rendent à l’évidence. Il est temps d’entamer le démantèlement d’un mode d’intervention qui depuis mars 2020, date du début du confinement, leur a permis de maintenir artificiellement des taux à long terme anormalement bas.

Le temps n’est plus à la

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous