19.6 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Un coq de combat, nouvel emblème de l’équipe de France olympique

À quatre mois des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, les Bleus ont dévoilé l’habillage visuel qui les accompagnera jusqu’aux JO de Paris 2024.

À un peu plus de 120 jours des Jeux olympiques d’hiver de Pékin (du 4 au 20 février), 61 athlètes olympiques et paralympiques tricolores avaient, ce lundi, rendez-vous à Romilly, au siège du Coq Sportif, pour dévoiler le nouvel emblème commercial de l’équipe de France. En avril dernier, sur la route des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, avait été lancé le concept d’une équipe de France unie, avec une campagne «Pour la première fois nous ne faisons qu’un». Qui avait permis de resserrer les rangs, de tisser une histoire commune, d’impulser un élan. L’étape suivante offre de partager l’emblème revisité.

Le coq, symbole des équipes de France, a été l’axe principal de la réflexion. Il a évolué au fil des années, se tournant vers la droite – vers l’avenir – lors des dernières olympiades. Au terme d’un long travail graphique, réalisé en interne par les équipes de création de Paris 2024, le nouveau visuel livre un coq qui, dressé sur ses ergots, regarde droit devant. Droit dans les yeux. Prêt à relever le défi. Le graphisme ainsi que les couleurs éclatantes empruntées à la culture pop rock ou aux jeux vidéo rajeunissent le concept.

Le nouveau logo des équipes de France olympique et paralympique. France Olympique

«On souhaitait accompagner les athlètes, les valoriser. Le coq a été porté pour la première fois aux JO de 1920. On avait envie de le moderniser, de le connecter à l’ère du moment, envie d’un coq différent. Il a la force du V, la notion de victoire. Les yeux montrent la détermination, l’envie», a résumé Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des JO Paris 2024. «Déterminé, on l’est tous, on le sera tous», assure Alexis Pinturault.

Le processus créatif a duré un an et demi, entre le concept et la consultation (notamment celles des athlètes). Tout a vite tourné autour du coq et de la posture de face. Quand brûle le défi. Sans arrogance, sans agressivité mais avec détermination. Celle d’un présent à étreindre. Celui du rendez-vous à ne pas rater. À Pékin, d’abord en février et en mars (du 4 au 13 pour les Jeux paralympiques), sur la route des Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024 ensuite.

L’autre élément fort du dessin tient à la flamme. Celle qui porte l’emblème unique de Paris 2024, «une médaille d’or, une flamme, Marianne». La flamme dans le nouvel emblème de l’équipe de France compose la crête du coq, donne une impression d’aérodynamisme, de vitesse, de légèreté. Le bleu, le blanc et le rouge sont invités pour peindre ce coq prêt à tous les combats. Sur toutes les pistes et les glaces à Pékin. Dans toutes les salles et sur tous les terrains ensuite. «Vous êtes la magie, le visage de l’équipe de France. Ce premier emblème est déterminé, ambitieux, respectueux des adversaires, les valeurs qui vous animent», a glissé Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité paralympique et sportif français.

L’équipe de France unie, déterminée portait, ce lundi, avec fierté ses couleurs. En espérant les hisser au sommet. Un catalogue de produits dérivés avec une large variété de vêtements sera bientôt disponible. Pour voir la vie en bleu. Comme Alexis Pinturault et Cie…