8 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Les ophtalmos en grève contre l’accès direct aux orthoptistes

Ils s’opposent à l’ouverture du droit de prescription de lunettes et lentilles.

Afin d’améliorer l’accès des Français aux soins visuels, le gouvernement veut autoriser les orthoptistes (qui ne sont pas médecins) à prescrire lunettes et lentilles de contact sans passage par l’ophtalmologiste. La mesure est inscrite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2022, actuellement en examen à l’Assemblée nationale.

Une mesure à laquelle s’opposent les ophtalmos, dont les syndicats ont déposé un préavis de grève du 22 au 31 octobre. «Toute la profession est opposée à cette mesure», affirme Thierry Bour, président du Snof, le principal syndicat, jugeant que les orthoptistes ne sont «pas assez formés» et s’inquiétant d’une «démédicalisation du suivi d’une partie de la population». D’autant que les délais d’attente se sont fortement réduits, plaide-t-il.

Selon la dernière enquête CSA réalisée en septembre pour le Snof, le délai pour obtenir un rendez-vous de contrôle périodique s’est réduit à 49 jours cette année contre 61 en 2020. Idem pour les demandes urgentes en cas d’apparition de symptômes: 20 jours, contre 32 l’an dernier.

Les médecins ORL partent eux aussi en guerre contre un amendement à visée similaire, autorisant cette fois un accès direct des patients aux orthophonistes. «Contrairement aux promesses du ministre de la Santé, on franchit une nouvelle étape dans le démantèlement des compétences médicales», regrette le syndicat de médecins SML. «Loin d’être un repli corporatiste, nous nous opposons à des bouleversements impromptus et inopinés mettant en cause la qualité de la prise en charge médicale», conforte la CSMF.