15.1 C
Paris
dimanche, octobre 2, 2022

la victoire dans le viseur contre Leipzig, mais pas que

ANALYSE – Si le bilan comptable est satisfaisant, le contenu des matches du PSG l’est beaucoup moins. L’objectif sera donc double face à Leipzig.

Le fond et la forme. À regarder le bilan comptable, tout va bien à Paris. Très bien en fait. Après le revers face à Lille au Trophée des champions (0-1), début août, à Tel Aviv, les joueurs de Mauricio Pochettino ont remporté neuf de leurs dix matches en Ligue 1 (le classement ici) et ils restent sur une belle victoire face à Manchester City (2-0) en Ligue des champions (le classement du groupe A ici), après un nul beaucoup moins convaincant du côté de Bruges (1-1). Sauf que le contenu est nettement étincelant que les chiffres. Inquiétant ?

En tout cas, pas reluisant. D’ailleurs, les Parisiens ont régulièrement dû s’arracher dans les dernières minutes pour l’emporter, ou au moins renverser la vapeur après une ouverture du score adverse. Et souvent, les autres équipes sortent de leur duel face au PSG avec un goût amer dans la bouche, à l’image d’Angers vendredi dernier (2-1), lors de la 10e journée de L1, au Parc des Princes. Et même de la colère quand les arbitres s’en mêlent… «Il y a de la frustration, même de la colère, de l’incompréhension. Je ne me sens pas bien. J’ai toujours dit à ma famille que je ne pleurerais pas sur les décisions d’arbitre, mais c’est plus fort que moi», tempêtait le coach angevin, Gérald Baticle, en référence au penalty de la 85e, malgré une faute de Mauro Icardi qui a échappé à l’arbitre.

À VOIR AUSSI – La belle passe décisive de Mbappé pour l’égalisation de Danilo contre Angers vendredi dernier (2-1)

« Il y a une idée, une méthodologie, une manière claire de travailler. On sait que c’est peut-être invisible pour certains, de l’extérieur, mais on le voit et on est très content de l’évolution. »

Mauricio Pochettino

Plus globalement, le projet de jeu de Mauricio Pochettino, en place depuis janvier, est difficile à déceler, à décrire, à percevoir. Sa patte aussi. Bien souvent, le PSG s’en remet au talent de ses individualités pour faire la différence. La victoire face aux Skblues de Pep Guardiola fait office d’exception, même si tout n’avait pas été parfait dans ce choc entre les deux derniers finalistes malheureux en C1. «Il y a une idée, une méthodologie, une manière claire de travailler. On sait que c’est peut-être invisible pour certains, de l’extérieur, mais on le voit et on est très content de l’évolution», s’est défendu coach Pochettino, lundi.

Et le technicien argentin, finaliste de la C1 avec Tottenham en 2019, d’ajouter : «On sait qu’il y a un contexte, une complexité de la situation qu’on vit, qui fait que des choses mettent plus de temps à se voir. On peut parler de certaines équipes en avance dans leur projet, comme Manchester City avec Pep Guardiola ou Manchester United avec Six Alex Ferguson, où il y avait eu une évolution dans la complexité. En général, on est content de l’évolution de ces choses et on espère qu’on pourra mettre des choses en place qui seront plus visibles au fil du temps.» Contre le RB Leipzig, ce mardi lors de la troisième journée de phase de poules de la Ligue des champions, il conviendra de l’emporter, c’est le plus important. Mais si possible, de convaincre aussi.

Nkunku, empêcheur de tourner en rond

«Leipzig, ce sera compliqué, on a pu le voir contre Bruges. On est à la maison, on jouera avec notre qualité, on espère faire un gros match. On connaît les qualités de cette équipe, qui fait de grandes choses au niveau européen. J’ai des amis qui y jouent et m’en ont parlé», a indiqué Presnel Kimpembe. Des amis parmi lesquels on peut sans doute compter l’ex-Parisien Christopher Nkunku, «énorme» depuis le début de la saison selon l’évaluation de son ancien camarade au centre de formation du PSG et auteur de neuf buts en 11 matches en 2021-22.

Sauf que le natif de Lagny-sur-Marne représente l’une des rares satisfactions du début de saison pour les hommes de Jesse Marsch, modestes huitièmes en Bundesliga et surtout battus lors de leurs deux premiers matches en C1. «Les chiffres dans ce groupe sont clairs. On a besoin de points», reconnaît le successeur de Julian Nagelsmann sur le banc du RasenBallsport, lui qui s’attend à souffrir face aux «meilleurs attaquants du monde. Il faut être intense avec le ballon, et dans les un-contre-un avec Lionel Messi, Neymar ou Kylian Mbappé.»

« Peut-être qu’une ligne à sept défenseurs serait une possibilité. »

Jesse Marsch

Bonne nouvelle pour Nordi Mukiele et compagnie ? Ils n’auront à se coltiner «que» Messi et Mbappé, Neymar (adducteurs) ayant été contraint de déclarer forfait. Brillant lors de la demi-finale de C1 remportée par le PSG face à Leipzig en août 2020 (victoire 3-0) et encore buteur à Leipzig la saison dernière (défaite 2-1), Angel Di Maria, suspendu, manquera également à l’appel dans les rangs parisiens. «Peut-être qu’une ligne à sept défenseurs serait une possibilité», s’amuse Marsch. L’entraîneur étasunien de 47 ans, on l’imagine, une meilleure idée en tête.

Nordi Mukiele est en tout cas persuadé que «ce sera un match différent» de ceux qui ont opposé les deux équipes à l’occasion des deux dernières saisons. «Surtout pour nous puisqu’on a mal débuté notre campagne. On a aussi un effectif différent. On a un très bon groupe, un très bon coach qui a ses idées. Je reste confiant. Je suis persuadé qu’on pourra faire quelque chose de bien (ce mardi)», annonce l’ancien Montpelliérain.

Qualité de jeu et résultat

En tout cas, face à cette équipe malade mais joueuse, c’est peut-être la bonne occasion pour ce PSG de montrer qu’il peut allier la qualité du jeu au résultat. «Ils ont besoin de gagner, et nous aussi. Leipzig est une très belle équipe, avec beaucoup d’énergie et des joueurs de qualités. Ils sont agressifs et veulent faire un résultat. Ce sera un match difficile. L’important pour nous, ce sera l’utilisation du ballon et où et comment on perd la balle, comment compenser pour défendre sur les phases de transition. On aura besoin d’une organisation défensive pour contrer les offensives de Leipzig mais la possession sera importante», a contenu Mauricio Pochettino, ambitieux.

Dimanche, sur le terrain de l’OM, il ne sera toutefois question que de résultat. Une victoire face au rival vaut toujours double… Au moins aux yeux des supporters parisiens. Mais contre le RB Leipzig, c’est l’objectif qui sera double : les trois points, afin de faire un pas de plus vers les 8es de finale de la Ligue des champions, et avancer dans le chantier du contenu.

Services : regardez PSG-Leipzig en direct sur RMC Sport