19.6 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Jean-François Laville: l’homme révolté

Dans Viré, l’ancien journaliste du service des sports de France Télévisions raconte la cabale qui a mené à son licenciement.

La vie de Jean-François Laville a basculé le 4 juillet 2020. Ce matin-là, L’Équipe publie une interview à charge. Sans contrepoint. Sans enquête. Mais sous un signe aux allures de sésame: #MeToo. Pour avoir fréquenté un campus américain, l’ex-présentatrice Clémentine Sarlat a assimilé les rouages du phénomène ; elle profite de cette tribune pour les assembler en un terrible engrenage. Qui jettera l’opprobre sur toute une rédaction: celle du service des sports de France Télévisions, rebaptisé «service des porcs», et qui aboutira au «meurtre social» de trois journalistes. Dans l’indifférence la plus totale. Il est en effet de bon ton de hurler avec les louves. Avec, pour chef de meute, la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, alors en pleine campagne pour sa réélection, et dont l’antienne demeure la chasse à l’homme blanc de plus de 50 ans.

L’une des trois victimes de la cabale lancée par Clémentine Sarlat se nomme Jean-François Laville. Il raconte dans un livre * l’implacable

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 52% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous