8.9 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

dans le Val-de-Marne, les irréductibles se résignent

L’inflexibilité du gouvernement, le risque des astreintes financières, incitent les élus locaux à revoir leur posture sur la nouvelle réglementation.

Le message était on ne peut plus clair. Au mois de février dernier, neuf élus communistes du Val-de-Marne ont signé un courrier pour signifier qu’ils ne se plieraient pas aux dispositions de la loi de 2019. Pas question, pour eux, d’allonger le temps de travail des agents. «Nous refusons d’obéir à l’injonction de monsieur le préfet et engagerons des discussions avec les organisations syndicales pour agir ensemble contre cette loi rétrograde et préserver au mieux les intérêts des agents de nos collectivités», écrivaient-ils. Et de dénoncer l’hypocrisie du gouvernement, qui saluait l’engagement des fonctionnaires pendant la crise, «tout en s’attaquant à leur statut et à leurs droits». Mais, quelques mois plus tard, c’est avec un certain désenchantement que les élus voient arriver la date fatidique.

L’indignation est toujours là, mais l’inflexibilité du gouvernement les oblige à prendre les conséquences de leur posture en considération: «Il y a ce risque des astreintes financières qui n’est

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 54% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous