18.8 C
Paris
dimanche, octobre 2, 2022

Coup de froid sur les ventes de logements

Les baisses des ventes, si elles se confirment, pourraient à terme calmer l’envol des prix.

Le vent de folie qui souffle sur les achats de maisons et d’appartements depuis des mois est-il en passe de retomber? Oui pour Century 21, qui fait état d’un «net ralentissement» de son activité au troisième trimestre. Les ventes reculent franchement sur un an (- 18,8 % pour les maisons, – 10,6 % pour les appartements). Ce coup de frein doit beaucoup à la surchauffe du marché, selon l’enseigne. «Les prix ont progressé trop rapidement, décorrélés de l’inflation ou de l’augmentation moyenne des salaires, indique Century 21. Et même si les taux d’intérêt, historiquement bas, favorisent les acquisitions, ils ne peuvent pas neutraliser cette hausse.»

En un an, la cote des maisons s’est envolée de 11 % et celle des appartements de 7,3 %, selon Century 21. Ces hausses ont été particulièrement fortes dans les villes moyennes et dans les communes de banlieue qui ont profité à plein des envies d’espaces et de jardin qui ont grandi sous l’effet de la pandémie. Les baisses des ventes, si elles se confirment, pourraient à terme calmer l’envol des prix. «Il est probable que la hausse des prix s’atténue, sous l’effet de la baisse de la demande, souligne Laurent Vimont, à la tête de l’enseigne. Là où les prix ont baissé, même légèrement, le marché est plus dynamique.» À Paris, par exemple, où les valeurs ont légèrement reflué (-0,8 %) sur un an selon les notaires du Grand Paris, le marché reprend depuis septembre.

Le ralentissement observé par Century 21 est toutefois à nuancer. Le troisième trimestre 2020 avait été en tout point record, la sortie du premier confinement ayant abouti à un rattrapage des ventes. Comparée à 2019, la baisse des transactions observée cette année entre juillet et septembre est moins violente (-5 % selon l’enseigne). Par ailleurs, d’autres réseaux d’agences, comme ERA ou Laforêt, ne partagent pas le constat de Century 21. Celui-ci n’empêchera pas le marché immobilier de connaître une année record avec 1,2 million de logements vendus en fin d’année, selon les projections des notaires.